20/08/2010

Le sel de la terre


 

Le sel de la terre
 
Le sel est bon ; mais si le sel devient insipide,
avec quoi lui donnerez-vous de la saveur ?
Marc 9:50

 
Annonçant une deuxième fois sa mort, peu après la transfiguration, le Seigneur réunit les douze et leur donne des enseignements de base en vue de l'oeuvre qui leur sera confiée...
 
Un enseignement progressif, corrigeant d’abord les pensées qui doivent l’être, pensées de grandeur… Mais nous voyons cependant ici une conversation bien paisible, un cadre de confiance. Les questions portent sur leurs relations les uns envers les autres, l’accueil des humbles, le sectarisme, ceux qui pourraient être tenus loins à cause de mauvais comportement des chrétiens…

35 Et lorsqu'il se fut assis, il appela les douze et leur dit : Si quelqu'un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous. 36 Et ayant pris un petit enfant, il le plaça au milieu d'eux ; et l'ayant pris entre ses bras, il leur dit : 37 Quiconque recevra l'un de tels petits enfants en mon nom, me reçoit ; et quiconque me recevra, ce n'est pas moi qu'il reçoit, mais c'est celui qui m'a envoyé. 38 Et Jean lui répondit, disant : Maître, nous avons vu quelqu'un qui chassait des démons en ton nom, qui ne nous suit pas ; et nous le lui avons défendu, parce qu'il ne nous suit pas. 39 Et Jésus leur dit : Ne le lui défendez pas ; car il n'y a personne qui fasse un miracle en mon nom, et qui puisse aussitôt mal parler de moi, 40 car celui qui n'est pas contre nous est pour nous. 41 Car quiconque vous donnera à boire une coupe d'eau en mon nom, parce que vous êtes de Christ, en vérité, je vous dis qu'il ne perdra point sa récompense.
 
42 Et quiconque sera une occasion de chute pour un des petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu'on lui mît au cou une pierre de meule, et qu'il fût jeté dans la mer. 43 Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la : il vaut mieux pour toi d'entrer estropié dans la vie, que d'avoir les deux mains, et d'aller dans la géhenne, dans le feu inextinguible, 44 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas. 45 Et si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le : il vaut mieux pour toi d'entrer boiteux dans la vie, que d'avoir les deux pieds, et d'être jeté dans la géhenne, dans le feu inextinguible, 46 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas. 47 Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le : il vaut mieux pour toi d'entrer dans le royaume de Dieu, n'ayant qu'un œil, que d'avoir deux yeux et d'être jeté dans la géhenne de feu, 48 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas. 49 Car chacun sera salé de feu ; et tout sacrifice sera salé de sel. 50 Le sel est bon ; mais si le sel devient insipide, avec quoi lui donnerez-vous de la saveur ? 51 Ayez du sel en vous-mêmes, et soyez en paix entre vous. (Marc 9:35-51)

Nous pouvons noter dans ces derniers paragraphes un certain nombre d’enseignements.
  • Quelles sont les directives données aux douze ? Versets 35,37,39,42, voir aussi Jean 13:3-17. Et comment est libellée la synthèse de cet enseignement ?
  • Que pouvons-nous recevoir de l’enseignement des versets 39 et 40 à propos des oppositions qui ont existé au sein de la chrétienté ?
  • Pensons aux occasions de chutes ! Que voyons-nous autour de nous à propos de tant de personnes qui se détournent de l’enseignement du Christ ? Pourquoi ?
  • Mettons en contraste la préoccupation des disciples à l’annonce de la crucifixion, le chemin de service qui leur est proposé et la finale de ces paragraphes.
L’enseignement est plus saisissant peut-être qu’il pourrait y paraître. Le sel est un produit de conservation traditionnel, et aussi un exhausteur de goût ; il augmente la saveur des mets qu’il accompagne ! Ainsi, en parlant de « sel de la terre », nous pouvons penser à l’excellence apportée aux qualités humaines que l’on y rencontre. Et pour être tels, les disciples ont un chemin tracé par l’Homme qui leur parle, un chemin d’humilité (Philippiens 2:5-8) une voie qui exclut les dérives sectaires (verset 39), prend soin des plus petits (Zacharie 11:7,11) et veille à ne pas détruire la foi des plus faibles (Marc 9:42-48,Matthieu 12:20,Ésaïe 42:1-4) L’excellence dans l’humanité, n’y a-t-il pas quelque chose de cela dans ce que le Seigneur appelle « le sel de la terre » ? Et l’apôtre ajoutera ces mots : « Marchez dans la sagesse envers ceux de dehors, saisissant l'occasion. Que votre parole soit toujours en grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment vous devez répondre à chacun.» (Colossiens 4:5-6)

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Publié dans La vie avec Dieu | Eric

17/08/2010

Il y a toujours une ressource...


 

Il y a toujours une ressource...
 
Si nous reconnaissons nos péchés,
il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés
et nous purifier de toute iniquité.
1 Jean 1:9

 
L'épître de Jean nous instruit...

Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes, et la vérité n'est pas en nous.  Si nous reconnaissons nos péchés, il est juste et digne de confiance : il nous pardonnera nos péchés et nous purifiera de toute injustice.  Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous faisons de lui un menteur, et sa parole n'est pas en nous. (1 Jean 1:8-10)

Prétendre n’avoir pas de péché !  C’était semble-t-il la prétention de certains courants qui pouvaient se faire jour parmi les chrétiens déjà en cette fin du premier siècle, et conduire à une compréhension erronée de l’enseignement de la nouvelle naissance…  (Jean 3.1-21) Il semble bien clair que le sens de ce passage élimine la notion d’une nouvelle vie, pure et parfaite, en contraste absolu avec la vie de personnes qui ne se réclament pas de Christ….  La nature humaine n’est pas changée par le fait de la foi en Christ, mais cependant la vie du chrétien est "différente" en ce que le croyant a d’autres motifs de vie, et des ressources spirituelles pour marcher de manière à être agréable à Dieu.  C’est d’ailleurs ainsi qu’il est poursuivi dans le cours de l’épître : exhortation à ne pas pécher, et secours de notre "avocat" dans le ciel, pour nous.

Mes enfants, je vous écris cela pour  que vous ne péchiez pas.  (1 Jean 2:1)

La réalité est telle qu’il faut préciser ce but !  L’homme, dans ses raisonnements peut bien s’appuyer sur la miséricorde de Dieu sans veiller à sa propre marche !  Ainsi Paul, dans sa lettre aux chrétiens de Rome laisse entrevoir les combats qu’il doit mener contre ceux qui raisonnaient sur la puissance de la grâce de Dieu.  Il s’écrie :

Quoi donc ?  Pécherions-nous, parce que nous ne sommes pas sous la loi, mais ous la grâce ?  Jamais de la vie ! (Romains 6:15)

Jean constate qu’un chrétien peut se laisser surprendre et fournit la ressource…

Mais si quelqu'un vient à pécher, nous avons un défenseur auprès du Père, Jésus-Christ, qui est juste.  Il est lui-même l'expiation pour nos péchés ; non pas seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. (1 Jean 2:1-2)

Jésus, notre avocat, peut plaider pour nous en ce qu’il a répondu par son sacrifice à tous les péchés du monde.  Et ainsi, lorsqu’il y a telle fait ou parole qui soit à notre charge, il intercède pour nous…  Nous n’avons pas ici la perspective de l’introduction dans la présence de Dieu, l’accès ouvert pour nous au ciel, mais une question touchant la vie pratique sur la terre et, pour le dire ainsi, la responsabilité journalière. 
 
Il est question d’un "défenseur", et donc implicitement d'une "défense". Nous nous souvenons du livre de Job.  Sous une forme allégorique, nous trouvons là un livre de sagesse faisant intervenir des personnes fictives afin de faire ressortir un enseignement fondamental !  Il y a là, sous l’apparence d’une cour de justice, une question posée touchant un homme manifestement intègre.  L’accusateur public – ce n’est pas le "diable" comme l’induisent certaines traductions françaises – mais un personnage appelé "accusateur" en raison de la forme choisie pour l’introduction du livre.  Un débat est introduit…  Dans lecture, il n’y a pas d’allégorie, mais bien l’affirmation de la responsabilité pratique d’une homme dans sa vie journalière, et l’intervention de Jésus, le Sauveur, comme un avocat de la défense. Il s’engage dans la protection de ceux qui sont à Lui, car Il a donné sa vie pour eux et répond de tous leurs actes ! 
 
Nous avons besoin de cette intercession dans notre quotidien pourrions-nous dire.  Il y a un travail sur soi devant Dieu, et non la contemplation béate du salut.  La vie du chrétien n’est pas, au sens ou nous en parle Jean, une position de confort endormie par la conscience d’un salut acquis, mais une attention vive quant à notre marche.  Le chrétien est appelé à vivre dans la lumière et reconnaître ses faux pas, assuré par la connaissance de l’intercession de Christ. 
 
Qu’est donc le privilège chrétien ?  La capacité de marcher dans la lumière, et l’intercession de Christ lorsqu’une faute est faite en chemin.

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Publié dans La vie avec Dieu | Eric

16/08/2010

Vivre en Enfant de Dieu


 

Vivre en Enfant de Dieu
 
L'Esprit lui-même rend témoignage avec notre esprit,
que nous sommes enfants de Dieu ;
Romains 8:16

 
Et pourquoi vivre comme un chrétien ?  Pour acquérir un droit d'entrée au ciel ?  Non, parce que ce  droit nous a été acquis par Jésus qui en a payé le prix...  à la Croix du Calvaire.....  Parce que nous sommes Enfants de Dieu !

Voyez de quel amour le Père nous a fait don, que nous soyons appelés enfants de Dieu ; c'est pourquoi le monde ne nous connaît pas, parce qu'il ne l'a pas connu. (1 Jean 3:1)

Enfant de Dieu, tel est un nom donné à celui qui est attaché au Seigneur, qui reçoit sa Parole, son enseignement, et le témoignage absolu de son amour, la croix.
 
Une réalité qui ne se voit pas… La vie du chrétien, normalement, se voit dans des signes qui ne manquent pas, touchant la morale, la compassion, et les diverses manifestations de la vie divine….  Si cela était vrai !  Mais la réalité sous-jacente, cette réalité de la position devant Dieu, cette position d’enfant de Dieu ne peut se connaître.  En effet, comment pourrions-nous connaître un lien quelconque d’une homme avec Dieu si je nie que Dieu est ?

Bien-aimés, maintenant nous sommes enfants de Dieu, et ce que nous serons ne s'est pas encore manifesté ; mais nous savons que, quel que soit le moment de sa manifestation, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu'il est. (1 Jean 3:2)

C’est de l’avenir qu’il est ici question, car ce sera quand Il sera manifesté.  Comment concilier sa venue pour nous prendre au ciel (Jean 14:1-3), et sa manifestation publique avec nous, soulignée ici ?  Si nous mettons les enseignements ensemble, nous lisons ce qui suit :
 
  • Si je considère la gloire du Seigneur, par le regard de la foi, je suis transformé – une transformation morale qui n’est pas discernable par autrui – comme Etienne qui "vit" la gloire de Dieu  (Actes 7:55-56).
  • A la venue du Seigneur, nous entrons dans notre domicile céleste étant transformés en la conformité du corps de gloire du Seigneur.  Nous verrons le Seigneur de nos yeux. 
  • Enfin, lorsque le Seigneur sera manifesté, nous lui serons semblables.  Il ne s’agit pas ici pour le croyant d’une manifestation publique comme un cortège suivant le Seigneur ;  le texte ne le dit pas.  Toutefois, si, aujourd’hui, le monde ne nous connaît pas – nous ne paraissons pas ici comme Enfants de Dieu – nous paraîtrons alors ce que nous sommes dès aujourd’hui, lorsque nous serons avec le Seigneur.
Ajoutons à propos de notre séance dans les lieux célestes :

Car notre bourgeoisie est dans les cieux, d'où aussi nous attendons le Seigneur Jésus Christ comme Sauveur, qui transformera le corps de notre abaissement en la conformité du corps de sa gloire….  (Philippiens 3:20-21)

Jean poursuit:

Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui est pur. (1 Jean 3:3)

L’espérance n’est pas une doctrine figée, retenue dans la pensée avec dévotion seulement !  C’est une réalité qui soutient l’action, pour celui qui a cette espérance toutefois !  Nous trouvons  cela aussi dans une lettre de Paul :

Or nous tous, contemplant à face découverte la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur en Esprit.  (2 Corinthiens 3:18)

Une évidence !  Qu’est-ce qui peut me déterminer à marcher dans la lumière, sinon la contemplation de la gloire, la vue de ce qui est au bout du chemin.  N’est-ce pas cela qui a soutenu les prophètes,  et qui est rendu explicite dans des pages d’Ésaïe et d’Ézéchiel ?

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Publié dans La vie avec Dieu | Eric

12/08/2010

La course chrétienne… jusqu’au bout !


 

La course chrétienne… jusqu’au bout !
 
J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi.       
2 Timothée 4:7

 
Le coureur, dans le stade, regarde au but qu’il poursuit, la ligne d’arrivée, et chaque pas est marqué par l’objectif qu’il poursuit…  Et en outre, il y a des règles  à suivre…
 
Paul écrit à propos de sa propre vie !  Il ne parle pas de quelque mérite, mais des objectifs qu’il poursuit :

Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans la lice courent tous, mais un seul reçoit le prix ? Courez de telle manière que vous le remportiez.  Or quiconque combat dans l'arène vit de régime en toutes choses ; eux donc, afin de recevoir une couronne corruptible ; mais nous, [afin d'en recevoir] une incorruptible.  Moi donc je cours ainsi, non comme ne sachant pas vers quel but ; je combats ainsi, non comme battant l’air…  (1 Corinthiens 9:24-26)

Il a tout quitté pour marcher dans ce chemin :

Oubliant les choses qui sont derrière et tendant avec effort vers celles qui sont devant, je cours droit au but pour le prix de l’appel céleste de Dieu dans le christ Jésus.   (Philippiens 3:14)

Et près de la fin de sa vie, il peut dire à Timothée :

J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi.     (2 Timothée 4:7)

 
JUSQU'AU BOUT !

 
La course de l’athlète, le respect des règles sans lequel il serait disqualifié… Tout cela est positif, mais encore faut-il poursuivre jusqu’au bout !   L’épître aux Hébreux nous le dit de diverses manières.
 
Parlant de la situation des chrétiens, gens de la maison de Dieu, elle nous indique :

Nous sommes sa maison, si du moins nous retenons ferme jusqu’au bout la confiance et la gloire de l’espérance. (Hébreux 3:6)

Nous sommes devenus les compagnons du Christ, si du moins nous retenons ferme jusqu’au bout le commencement de notre assurance…   l’espérance. (Hébreux 3:14)

En ajoutant que tel est le désir de tous à propos de chacun :

Nous désirons que chacun de vous montre la même diligence pour la pleine assurance de l’espérance jusqu’au bout …    (Hébreux 6:11)

 
COMME TANT DE CROYANTS QUI NOUS ONT PRECEDES

Tout un chapitre de cette épître nous montre des exemples d’hommes qui ont été jusqu’au bout dans le chemin de la foi, non des hommes parfaits, mais des hommes qui ont compris le chemin et ont marché…  Lisons Hébreux 11.  La conclusion :

C’est pourquoi, nous aussi, ayant une si grande nuée de témoins qui nous entoure, rejetant tout fardeau et le péché qui nous enveloppe si aisément, courons avec patience la course qui est devant nous.    (Hébreux 12:1)

 
VERS UN BUT QUI NOUS EST ASSIGNE

Jean, dans son épître nous dit ce qui lui tient au cœur, portant notre regard sur le but de cette coures :

Voyez de quel amour le Père nous a fait don, que nous soyons appelés enfants de Dieu ; c'est pourquoi le monde ne nous connaît pas, parce qu'il ne l'a pas connu. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté ; nous savons que quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est. Et quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui est pur. (1 Jean 3:1-3)

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Publié dans La vie avec Dieu | Eric

06/08/2010

Marcher, courir, ou s’arrêter ?


 

Marcher, courir, ou s’arrêter ?
 
Courons avec patience la course qui est devant nous.  
Hébreux 12:1

 
Le chemin avec Dieu n’est pas toujours facile, et il demande de la persévérance.  En lisant l’épître aux Hébreux, nous voyons ces chrétiens face à des dangers, à la veille d’un grand bouleversement.  Ils sont exhortés.  Nous y apprenons beaucoup de choses.  Le but de ce messages n’est toutefois pas le parcours de toute l’épître.  Peut-être le ferons-nous plus tard…  Mais nous voulons nous arrêter sur la marche, ou la « course », du chrétien…
 
Au moment où l’épître aux Hébreux a été écrite, quelques années avant l’an 70, l’année de la destruction du Temple de Jérusalem, des épreuves sérieuses attendent les chrétiens Juifs, particulièrement fidèles à la Loi, et attachés à Jésus-Christ, ayant reconnu en Lui le Messie qu’ils avaient attendus jusque là, comme Paul l’exprime dans l’épître aux Ephésiens : "nous qui avons espéré à l'avance dans le Christ" (Éphésiens 1:12). Nous voyons leur attachement à la Loi : "Tu vois, frère, combien il y a de milliers de Juifs qui ont cru ; et ils sont tous zélés pour la loi"   

Après avoir autrefois, à bien des reprises et de bien des manières, parlé aux pères par les prophètes, Dieu  nous a parlé, en ces jours qui sont les derniers, par un Fils qu'il a constitué héritier de tout et par qui il a fait les mondes.  Ce Fils, qui est le rayonnement de sa gloire et l'expression de sa réalité même, soutient tout par sa parole puissante ; après avoir fait la purification des péchés, il s'est assis à la droite de la majesté dans les hauteurs,  devenu d'autant supérieur aux anges qu'il a hérité un nom plus remarquable que le leur.  (Hébreux 1.1-4)

La destruction du Temple sera un très grand bouleversement pour eux, et ainsi l’enseignement vient à point pour les préparer.  Aujourd’hui, des circonstances différentes peuvent survenir, des épreuves touchant l’évolution de la chrétienté, ou de ce que nous en voyons – car si nous devons nous réjouir dans les belles et grandes choses qui se passent en son sein, nous pourrions aussi plonger dans la désillusion… Un chrétien pourrait être tenté de s’écarter, de laisser monter en lui ce sentiment : A quoi bon ?…  Dans le cas des Juifs chrétiens du premier siècle, comme pour notre temps, les chrétiens sont encouragés à regarder à Jésus-Christ, en tenant ferme pour ne pas s’écarter du si grand salut (Hébreux 2:3)
 
L’épître est articulée autour de cette grande question du danger d’abandonner la foi chrétienne !  Il faut souligner les appels à tenir ferme « jusqu’au bout » (3:6, 3:14, 6:11)
 
Après avoir posé les fondements de la foi chrétienne, l’auteur est conduit à exhorter non seulement à tenir ferme, mais à avancer dans la foi, dans la vie de foi en pratique :
  • Ne pas s’écarter du salut
  • Tenir ferme la confession chrétienne
  • Reconnaître l’aide apportée par Jésus
  • S’approcher de Dieu par la foi, comme les pères (Hébreux 11)

 
COMMENT MARCHER ?

  • Regarder au Seigneur Jésus (Hébreux 8)
  • Recevoir de Dieu la discipline par laquelle Il nous forme, Il nous construit…  (Hébreux 12:4-12)
  • Et ainsi, marcher dans la paix avec tous. (Hébreux 12:14)
  • Retenir la grâce en considérant notre appel (Hébreux 12:28)
  • Être occupé d’œuvres bonnes  (Hébreux 10:24 et 13:1-3)

 
LA "COURSE" DU CHRETIEN... A MENER "JUSQU'AU BOUT"

C’est d’abord tenir ferme !

Christ, comme Fils, sur sa maison ; et nous sommes sa maison, si du moins nous retenons ferme jusqu’au bout la confiance et la gloire de l’espérance.  (Hébreux 3:6)

Car nous sommes devenus les compagnons du Christ, si du moins nous retenons ferme jusqu’au bout le commencement de notre assurance, …   (Hébreux 3:14)

Mais nous désirons que chacun de vous montre la même diligence pour la pleine assurance de l’espérance jusqu’au bout… (Hébreux 6:11)

Certains se sont trouvés en danger d’être arrêtés !  Il y avait parmi les chrétiens de Galatie, des personnes qui poussaient à faire marche arrière, mettant en question la liberté des chrétiens appelés à être des hommes et des femmes pleinement confiants de leur libération en Jésus ! 

Vous couriez bien, qui est-ce qui vous a arrêtés pour que vous n’obéissiez pas à la vérité ?   (Galates 5:7)

Un coureur, au stade, regarde le but, le fixe et ne se laisse pas distraire

C’est pourquoi, nous aussi, ayant une si grande nuée de témoins qui nous entoure, rejetant tout fardeau et le péché qui nous enveloppe si aisément, courons avec patience la course qui est devant nous,   (Hébreux 12:1)

Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans la lice courent tous, mais un seul reçoit le prix ? Courez de telle manière que vous le remportiez.   (1 Corinthiens 9:24)

Un vrai combattant parle pour lui-même, jusqu’à la dernière lettre lorsqu’il pressent que sa course s’achève :

Oubliant les choses qui sont derrière et tendant avec effort vers celles qui sont devant, je cours droit au but pour le prix de l’appel céleste de Dieu dans le christ Jésus.    (Philippiens 3:14)

Moi donc je cours ainsi, non comme ne sachant pas vers quel but ; je combats ainsi, non comme battant l’air…  (1 Corinthiens 9:26)

J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi !   (2 Timothée 4:7)

Dans ces dernières lignes, l’apôtre Paul parle de lui-même, mais son exhortation touche tous les chrétiens, pas seulement les apôtres et les missionnaires !  Il y avait parmi les auditeurs des hommes et des femmes assurant leur charge en ce monde : des parents et des enfants, des maîtres et des serviteurs (des chefs d’entreprise et des salariés)…  
 
Ajoutons que nous ne voyons pas ici de communauté, de dirigeants chrétiens devant « conduire le troupeau », mais de croyants ayant leur propre et personnelle responsabilité, ayant à mener leur propre vie…  Tous sont exhortés à « poursuivre la course », « marcher jusqu’au bout », « tenant ferme… »   Une des clés importantes de la vie…   

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

10:39 Publié dans La vie avec Dieu | Eric

02/08/2010

La foi, l’espérance et l’amour : des réalités à vivre !


 

Des valeurs à vivre !
La foi, l’espérance et l’amour.

 
Quelques semaines après que Paul les ait quittés, il écrit aux chrétiens de Thessalonique…   Il n’y a pas de docteurs en théologie parmi eux ! Cela faisait tout au plus deux ou trois mois que ces personnes s’étaient tournées vers Jésus Christ.  Et Paul fait état de leur vie, de leur expérience…

Paul, et Silvain, et Timothée, à l'assemblée des Thessaloniciens, en Dieu le Père et dans le seigneur Jésus Christ : Grâce et paix à vous !
Nous rendons toujours grâces à Dieu pour vous tous, faisant mention de vous dans nos prières, nous souvenant sans cesse de votre œuvre de foi, de votre travail d'amour, et de votre patience d'espérance de notre seigneur Jésus Christ, devant notre Dieu et Père, (1 Thessaloniciens 1:1-3)

Ces trois caractères ensemble illustrent leur vie…  Ils étaient armés pour la vie nouvelle qui était la leur – une vie bien difficile faut-il le dire, tandis qu’ils étaient incompris de leurs concitoyens, et même de leurs amis non convertis…  Paul leur adresse une lettre encourageante, les exhortant à persévérer, leur disant :

Nous qui sommes du jour, soyons sobres, revêtant la cuirasse de la foi et de l'amour, et, pour casque, l'espérance du salut. (1 Thessaloniciens 5:8)

 
VOTRE OEUVRE DE FOI !

Ce n’est ici ni le fait de croire en l’existence de Dieu, ni même croire Dieu…  Des préalables, bien évidemment !  Mais « foi » est « fidélité » et aussi « confiance »…  De ces croyants de Thessalonique, saisis par la Parole de Dieu prononcée par Paul et aussi Silvain et Timothée, l'apôtre peut dire :

Vous vous êtes tournés des idoles vers Dieu, pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux son Fils qu'il a ressuscité d'entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient. (1 Thessaloniciens 1:9-10)

Et ainsi, ils vivaient une nouvelle vie dans la fidélité à Dieu…
 
Pensons-nous qu’ils soient saisis par des exercices pieux, des cérémonies, de l’encens, des bougies allumées devant quelque statue ?  C’était la vie qui avait changé pour eux, leurs objectifs…  Des ténèbres, ils étaient venus à la lumière, et c’est leur rapport à Dieu qui est maintenant établi…  Non pas une vie de timidité devant un Dieu que l’on suppose courroucé, ou même bienveillant, mais un Dieu proche d’eux, qui s’est fait connaître à eux.  Un Dieu qui leur a déclaré qu’ils ont accès à Lui, qu’Il est proche d’eux. 
 
L’épître aux Hébreux présente des hommes et des femmes qui ont marché avec Dieu,

Or la foi est l'assurance des choses qu'on espère, et la conviction de celles qu'on ne voit pas… 
Par la foi, Abraham, étant appelé, obéit pour s'en aller au lieu qu'il devait recevoir pour héritage ; et il s'en alla, ne sachant où il allait. Par la foi, il demeura dans la terre de la promesse comme dans une terre étrangère, demeurant sous des tentes avec Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse…
Par la foi, Moïse, étant né, fut caché trois mois par ses parents, parce qu'ils virent que l'enfant était beau, et ils ne craignirent pas l'ordonnance du roi… 
Par la foi, il quitta l'Égypte, ne craignant pas la colère du roi, car il tint ferme, comme voyant celui qui est invisible. (Hébreux 11:1,8-9,23,27)

La foi, c’est une vie d’homme « debout »…  Un homme, une femme qui connaît Dieu, qui sait que Dieu attend de lui, d’elle une marche de confiance, et non quelques incantations, quelques douloureux exercices de perpétuelle contrition !   
 
Dans une vraie rencontre avec Dieu, par sa Paroles, c’est une vie d’homme « debout » qui a commencé…   
 
Non, il n’y a rien ici d’une définition théologique, mais la vie, tout simplement…  Une vie qui avait commencé dans les ténèbres,  mais qui se poursuit dans la confiance en Dieu, Une nouvelle vie donc, et tous leurs actes désormais sont marqués par cette grande réalité.     Ainsi ils  "servent le Dieu vivant et vrai !" 
 
Habacuc, le prophète disait déjà plus de six cent ans avant notre ère : "le juste vivra par sa foi" (Habacuc 2:4). Cette parole est citée par l’apôtre Paul, et aussi dans l’épître aux Hébreux, en ces termes : "Or le juste vivra de foi ; et : Si quelqu'un se retire, mon âme ne prend pas plaisir en lui" (Hébreux 10:38).

 
VOTRE PATIENCE D'ESPERANCE !

Paul leur rappelle ses propres paroles, celles qu’il leur dit quand il était au milieu d’eux, à Thessalonique. 

Vous savez comment nous avons exhorté chacun de vous, comme un père ses propres enfants, vous exhortant, et vous consolant, et rendant témoignage, pour que vous marchiez d'une manière digne de Dieu qui vous appelle à son propre royaume et à sa propre gloire. (1 Thessaloniciens 2:11-12)

Ce n’est pas peu de chose que de lire : Dieu vous appelle à son propre royaume et à sa propre gloire !   D’ailleurs les Thessaloniciens en savaient quelque chose,  puisque leur attente était effective :

"ils attendent des cieux son Fils qu'il a ressuscité d'entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient (1 Thessaloniciens 1:10)

Il faut le dire, le concept d’espérance s’est un peu déformé au cours des siècles.  Le mot originel signifie « attente », une réalité à venir que l’on attend…  Il ne s’agit pas non plus d’un développement intellectuel sur le sens du mot, mais une réalité qui a une incidence pratique.  La réalité est essentiellement pratique, vitale, existentielle… Comme Paul l’écrit aussi à Tite : 

Attendant la bienheureuse espérance et l'apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus Christ. (Tite 2:13)

Jean s’exprime ainsi :   

Voyez de quel amour le Père nous a fait don, que nous soyons appelés enfants de Dieu ; c'est pourquoi le monde ne nous connaît pas, parce qu'il ne l'a pas connu. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté ; nous savons que quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est. Et quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui est pur. (1 Jean 3:1-3)

Il ne s’agit pas d’un vague espoir, ou d’une théorie intéressante…  L’homme de foi attend d’être avec le Seigneur Jésus !  Le Seigneur l’a promis…   Et s’il y a l’attente de cette réalité heureuse, alors c’est que l’on  aime cette vie à venir, que l’on aime ce qui la caractérise…  Une ère de paix, de quiétude, de bonheur…  Et ce que l’on aime vivre, on cherche à le vivre, même quand ce n’est pas facile…
 
Déjà le prophète Jérémie, six cent ans avant notre ère communiquait à ses auditeurs cette pensée de Dieu :

Car moi je connais les pensées que je pense à votre égard, dit l'Éternel, pensées de paix et non de mal, pour vous donner un avenir et une espérance. (Jérémie 29:11)

 
L'AMOUR... VOTE OEUVRE D'AMOUR !

Confiance en Dieu, attente effective d’être avec Jésus !  Paul en parle encore, c’est dans l’épître aux Colossiens :

Nous rendons grâces au Dieu et Père de notre seigneur Jésus Christ, priant toujours pour vous, ayant ouï parler de votre foi dans le christ Jésus et de l'amour que vous avez pour tous les saints, à cause de l'espérance qui vous est réservée dans les cieux et dont vous avez déjà ouï parler dans la parole de la vérité de l'évangile... (Colossiens 1:3-5)

Saisi par l’amour de Dieu, sa grâce, sa miséricorde, comment vivrions-nous ?  Est-il possible qu’une vraie relation à Dieu conduise à des comportement qui ne seraient pas guidés par l’amour, amour du prochain, amour du frère chrétien, amour pour tous… 
 
Mais encore, il faut revenir sur le fond des choses…  Les Thessaloniciens, jeunes dans la foi, sont encore à citer en exemple, comme l’avait fait l’apôtre lui-même.  Ils s’étaient détournés de leur ancienne vie, non qu’elle fut mauvaise, immorale, ou autre – cela arrive, mais ce n’est évidemment pas le cas de tous… - détournés de leur ancienne vie parce qu’ils connaissaient le Grand Dieu Sauveur, pour marcher avec Dieu, pour se trouver dans une sphère ou règne l’amour…  Alors c’est de cela qu’ils avaient naturellement le désir….   
 
Et aux chrétiens de Corinthiens, des chrétiens prêts à discuter, à débattre… et à se diviser… l’apôtre Paul doit faire une sévère et merveilleuse mise en garde.  Il faut lire ce court chapitre de la première épître aux Corinthiens dont nous lisons ici quelques extraits :

L'amour use de longanimité ; il est plein de bonté …  il se réjouit avec la vérité, il supporte tout, croit tout, espère tout, endure tout. L'amour ne périt jamais ! …
Or maintenant ces trois choses demeurent : la foi, l'espérance, l'amour ; mais la plus grande de ces choses, c'est l'amour. (1 Corinthiens 13)

La plus grande, c’est l’amour…  Pourrions-nous en douter, discuter cette affirmation ?  Tant que je suis ici, ne voyant pas le Seigneur de mes yeux, la confiance, la foi, a un sens !  Et j’ai quelque chose à attendre, ainsi l’espérance a un sens….  Mais dans la présence de Dieu, tout sera « amour »…

Et nous avons connu et cru l'amour que Dieu a pour nous. Dieu est amour, et celui qui demeure dans l'amour, demeure en Dieu et Dieu en lui. (1 Jean 4:16)

 

En résumé, loin des théories,
la foi, l’espérance et l’amour sont des valeurs à vivre ! 
A vivre au jour le jour.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

10:32 Publié dans La vie avec Dieu | Eric

29/07/2010

Le message que nous vous annonçons...


 

Le message que nous vous annonçons...
 
Le message que nous avons entendu de lui et que nous vous annonçons,
c'est que Dieu est lumière, et qu'il n'y a pas en lui de ténèbres.   
1 Jean 1.5-7

 
Et c’est ici le message…

Ce qui suit est essentiel, fondamental et comme unique !  Non pas "un" message, mais "le" message.  Reprenant l’expression du prologue, l’apôtre déclare ici de quoi il s’agit, l’élément essentiel du message de Christ, à savoir que Dieu est lumière, et que cette lumière a paru en Jésus pour nous tirer des ténèbres, nous conduire à la lumière, nous faire vivre dans la lumière…  Nous retrouvons ici le prologue de l’Évangile. 
 
Ce message ne signifie pas que le lumière soit le privilège des seuls hommes d’après Jésus-Christ !   La première page de la Bible exprime déjà cette grande vérité Dieu dit :

Qu’il y ait de la lumière !  Et il y eut de la lumière…  premier jour.   (Gen.1.4-5)

La révélation de Dieu remonte aux commencements ; et ce qui était attendu dès ces temps reculés est accompli avec la venue de Jésus-Christ sur la terre.  Dieu est lumière    Partant de cet absolu, l’épître conduit son lecteur à s’interroger sur la vie pratique de ceux qui se réclament de Dieu. 
 
C’est déjà l’enseignement du Seigneur, tandis que nous lisons :

Jésus leur dit encore : C'est moi qui suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera jamais dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.  (Jean 8.12)

Ce passage de l’Évangile établit bien que suivre Jésus, c’est aussi vivre dans la lumière, ne pas marcher dans le lumière c’est "ne pas suivre Jésus". 
 
La pratique établit la réalité de la marche avec Dieu, comme les œuvres de foi attestent de la foi…  Ici, nous trouvons un fort parallélisme entre l’épître de Jean et celle de Jacques.

Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons et nous ne faisons pas la vérité.  (1 Jean 1:6)

Marcher dans la lumière est certes être éclairé par la lumière de Dieu, mais aussi être vrai dans ce que nous faisons et disons, exclure toute dissimulation, tout mensonge que ce soit de parole ou de situation…  La lumière n’est pas un concept absolument métaphysique !  
 
La "marche dans la lumière" est du domaine de la vie pratique :

Et voici le jugement: la lumière est venue dans le monde, et les humains ont aimé les ténèbres plus que la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. Car quiconque pratique le mal déteste la lumière; celui-là ne vient pas à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu'il soit manifeste que ses oeuvres ont été accomplies en Dieu. (Jean 3.19-21)

Il s’agit de vie pratique, de marche dans la vérité, non pas seulement La Vérité, mais ce qui est vrai dans la marche pratique, dans les choses dites, etc. 

Mais si nous marchons dans la lumière, comme lui-même est dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché. (1 Jean 1.7)

Marcher dans la lumière

Le moteur de la marche est, pourrions-nous dire, la Lumière qui vient du ciel, qui éclaire…  C’est une marche avec Dieu, dans la conscience de sa grandeur et de sa miséricorde.  Et cela s’assortit à l’évidence d’une marche d’homme debout, vrai, franc…  Ayant rejeté tout ce qui est des ténèbres, les choses que l’on cache, mais marchant dans la vérité. 

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

09:00 Publié dans La vie avec Dieu | Eric

23/07/2010

Demeurer en Dieu !

Demeurer en Dieu !
 
Dieu est amour, et celui qui demeure dans l'amour,
demeure en Dieu et Dieu en lui.
1 Jean 4:16

 
Voici une exhortation si souvent reprise dans les écrits de l’apôtre Jean ! Il vaut bien la peine de s’enquérir de sa signification. Est-ce du mysticisme ? Voyons ce qu’en dit la Bible pour constater la réalité bien concrète qui s’y rattache…

 
COMMENT DEMEURER EN DIEU ?

Se nourrir de Christ

En vérité, en vérité, je vous dis : Celui qui croit en moi, a la vie éternelle. Moi, je suis le pain de vie. Vos pères ont mangé la manne au désert, et sont morts ; c'est ici le pain qui descend du ciel, afin que quelqu'un en mange et ne meure pas. (Jean 6:47-50,56)

Aimer le Seigneur et garder sa Parole

Jésus répondit et lui dit : Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera ; et nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui. (Jean 14:23)

Je vous ai écrit, pères, parce que vous connaissez celui qui est dès le commencement. Je vous ai écrit, jeunes gens, parce que vous êtes forts, et que la parole de Dieu demeure en vous, et que ous avez vaincu le méchant. (1 Jean 2:14)

Garder ses commandements

Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés ; demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour ; comme moi j'ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. (Jean 15:9-10)

Celui qui garde ses commandements demeure en lui, et lui en cet homme ; et par ceci nous savons qu'il demeure en nous, savoir par l'Esprit qu'il nous a donné. (1 Jean 3:24)

Marcher comme Jésus a marché

Celui qui dit demeurer en lui, doit lui-même aussi marcher comme lui a marché. (1 Jean 2:6)

Demeurer dans ce qui est dès le commencement

Pour vous, que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous : si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous aussi vous demeurerez dans le Fils et dans le Père. (1 Jean 2:24)

Garder les enseignements de l’Esprit

L'onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n'avez pas besoin que personne vous enseigne ; mais comme la même onction vous enseigne à l'égard de toutes choses, et qu'elle est vraie et n'est pas mensonge, et selon qu'elle vous a enseignés, vous demeurerez en lui. (1 Jean 2:27)

Nous aimer les uns les autres

Personne ne vit jamais Dieu ; si nous nous aimons l'un l'autre, Dieu demeure en nous, et son amour est consommé en nous. (1 Jean 4:12)

Et nous avons connu et cru l'amour que Dieu a pour nous. Dieu est amour, et celui qui demeure dans l'amour, demeure en Dieu et Dieu en lui. (1 Jean 4:16)

Confesser que Jésus est le Fils de Dieu

Quiconque confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui et lui en Dieu. (1 Jean 4:15)

 
POURQUOI DEMEURER EN DIEU ?

Ne pas pécher

Quiconque demeure en lui ne pèche pas ; quiconque pèche ne l'a pas vu, ni ne l'a pas connu. (1 Jean 3:6)

Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, car la semence de Dieu demeure en lui, et il ne peut pas pécher, parce qu'il est né de Dieu. (1 Jean 3:9)

Porter du fruit

Demeurez en moi, et moi en vous. Comme le sarment ne peut pas porter de fruit de lui-même, à moins qu'il ne demeure dans le cep, de même vous non plus vous ne le pouvez pas, à moins que vous ne demeuriez en moi. Moi, je suis le cep, vous, les sarments. Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit ; car, séparés de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu'un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors comme le sarment, et il sèche ; et on les amasse, et on les met au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, vous demanderez ce que vous voudrez, et il vous sera fait. (Jean 15:4-7)

Avoir de l’assurance lorsque Jésus paraîtra

Et maintenant, enfants, demeurez en lui, afin que, quand il sera manifesté, nous ayons de l'assurance et que nous ne soyons pas couverts de honte, de par lui, à sa venue. (1 Jean 2.28)

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Publié dans La vie avec Dieu | Eric

20/07/2010

Les épîtres de Jean, un Autotest !


 

Jean propose un Autotest !
 
Première épître de Jean

La Première épître de Jean contient une batterie d’autotests, une sorte d’examen afin que nous voyions nous-mêmes où nous en sommes devant Dieu.

 
AUTOTEST

Prétention à la sainteté…

Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes, et la vérité n'est pas en nous… nous faisons de lui un menteur, et sa parole n'est pas en nous. (1 Jean 1:8,10)

Connaissance de Dieu

Celui qui dit : « je le connais » et qui ne garde pas ses commandements est un menteur, et la vérité n'est pas en lui. (1 Jean 2:4)

Être dans la lumière

Celui qui dit être dans la lumière, tout en détestant son frère, est encore dans les ténèbres. … il marche dans les ténèbres et ne sait pas où il va, parce que les ténèbres ont rendu ses yeux aveugles. (1 Jean 2:9,11)

Amour de Dieu

Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est pas en lui ; car tout ce qui est dans le monde, le désir de la chair, le désir des yeux et la confiance présomptueuse en ses ressources, tout cela n'est pas du Père, mais du monde. (1 Jean 2:15-16)

Amour fraternel

Quiconque déteste son frère est homicide, et vous savez qu'aucun homicide n'a la vie éternelle demeurant en lui. (1 Jean 3:15)

Si quelqu'un dit : « J'aime Dieu », et qu'il déteste son frère, c'est un menteur, car celui qui n'aime pas son frère, qu'il voit, ne peut aimer Dieu, qu'il ne voit pas. (1 Jean 4:20)

 
ETRE NE DE NOUVEAU !

Qu’est-ce "être né de Dieu" et, comme il a été écrit plus haut, "passé de la mort à la vie" (1 Jean 3:14) ? Est-ce une émanation mystérieuse qui fait de moi un autre homme, une autre femme ? Ou est-ce une nouvelle manière de vivre… effective, visible ?

Il y a un point de départ...

Voici son commandement: que nous croyions au nom de son Fils Jésus-Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu'il nous a donné. (1 Jean 3:23)

Et des faits probants...

Si vous savez qu'il est juste, sachez que quiconque fait la justice est né de lui. Voici son commandement: que nous croyions au nom de son Fils Jésus-Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu'il nous a donné. (1 Jean 2:29)

Quiconque est né de Dieu ne fait pas de péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui. (1 Jean 3:9)

Nous, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. (1 Jean 3:14)

Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, comme Dieu en lui; à ceci nous savons qu'il demeure en nous: par l'Esprit qu'il nous a donné. (1 Jean 3:24)

 
UNE VICTOIRE A REMPORTER

Qu’est-ce que ce « monde » sur lequel remporter une victoire ? Ce n’est pas « autrui », c’est en chaque homme ! Le monde ? Des principes qui régissent bien des hommes, et qui sont en tous, contre lesquels nous avons à résister : car tout ce qui est dans le monde, le désir de la chair, le désir des yeux et la confiance présomptueuse en ses ressources (1 Jean 2:16)

Car l'amour de Dieu, c'est que nous gardions ses commandements. Et ses commandements ne sont pas un fardeau,  parce que tout ce qui est né de Dieu est vainqueur du monde ; et la victoire qui a vaincu le monde, c'est notre foi. (1 Jean 5:3-4)

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

11:11 Publié dans La vie avec Dieu | Eric