18/08/2010

Jésus, le Serviteur, vénère le Père


 

Jésus, le Serviteur, vénère le Père
 
Je te loue, ô Père, Seigneur du ciel et de la terre,
parce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents,
et que tu les as révélées aux petits enfants.
Luc 10:21

 
Cette question d'un lecteur est extrêmement importante : "Si Jésus est Dieu, comment pouvait-il vénérer Dieu ?"  Il est vrai que pour un chrétien la question ne se pose pas du fait qu’il reçoit l’Evangile tel qu’il est écrit. L’Evangile selon Jean exprime clairement :

Au commencement était le Verbe (la Parole), le Verbe était auprès de Dieu ; le Verbe était Dieu… Le Verbe s’est fait chair…  (Jean 1:1,14)

Mais la question est bien judicieuse, et d’ailleurs partagée par nombre d’hommes recevant pour vraie l’existence de Dieu.

 
PREALABLE

L’homme a tendance à juger des choses qui sont hors de son propre monde selon les préceptes de sa logique, de sa raison. Hors, si ce qui est dans ce monde est régi par cette rationalité, celle-ci ne peut être raisonnablement appliquée à ce qui est hors du monde créé, en dehors donc de la sphère de sa rationalité.
 
Ainsi, juger de la nature divine, du Créateur, sur nos propres références d’êtres créés est une extrapolation audacieuse. En toute logique, nous ne pouvons atteindre à ce qui est hors de la Création que par ce qui nous est révélé, non par nos raisonnements. Nous ne ferions de cet « au-delà » qu’une transposition de notre vécu, ce qui n’est pas rationnel.
 
Pour se faire l’idée de l’existence d’un Créateur, un homme peut y arriver par sa réflexion, mais pour connaître ce Créateur, son être, sa pensée, son but… cela ne peut être connu que par la révélation.

Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l'Éternel : car comme les cieux sont élevés au-dessus de la terre, ainsi mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées. (Ésaïe 55:9)

Il est écrit que l’homme a été créé à l’image de Dieu (Genèse 1:26,27). Est-ce pour autant que Dieu est à l’image de l’homme ? Evidemment non ! Devant notre photo, en deux dimensions, nous pouvons nous exprimer en disant « c’est moi ». Mais en réalité ce n’est pas « moi », c’est une représentation partielle (en deux dimensions et non trois pour nous en tenir à ce seul aspect).
 
Ainsi, nous ne pouvons pas envisager que Dieu soit à l’image de l’homme. Une évidence, comme nous le lisons dans les versets précités.

 
DIEU SE FAIT HOMME !

Dieu, dans la gloire inaccessible, se manifeste en Jésus, vrai homme sur la terre.
 
Cela est déjà envisagé au Livre de la Genèse, lorsqu’il est rapporté le récit de l’annonce de la destruction de Sodome et Gomorrhe. Trois hommes apparaissent à Abraham. Il les invite, les trois, à partager un repas, puis nous voyons d’une part deux d’entre eux – c’étaient des messagers de Dieu envoyés pour avertir Sodome. Et ensuite nous lisons qu’Abraham parle avec le troisième, et il est dit que le Seigneur parlait à Abraham… (Genèse 18 et 19)
 
Le Nouveau Testament, outre les affirmations de la divinité de Jésus, exprime la venue de Celui qui sera appelé le Fils de Dieu. Nous citons deux passages parmi d’autres :

Car en lui habite toute la plénitude de la déité corporellement. (Colossiens 2:9)

Qu’il y ait donc en vous cette pensée qui a été aussi dans le christ Jésus  lequel avait la condition de Dieu, n’a pas regardé comme un objet à ravir d’être égal à Dieu,  mais s’est anéanti lui-même, prenant la forme d’esclave, étant fait à la ressemblance des hommes ; et, étant trouvé en figure comme un homme, il s’est abaissé lui-même, étant devenu obéissant jusqu’à la mort, et à la mort de la croix. C’est pourquoi aussi Dieu l’a haut élevé et lui a donné un nom au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus se ploie tout genou des êtres célestes, et terrestres, et infernaux,  et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. (Philippiens 1:5-11)

L’Ecriture nous parle bien d’un « anéantissement » volontaire, ce terme n’est peut-être pas le plus précis, mais pour Celui qui a la nature de Dieu, c’est bien exprimer cet abandon volontaire des attributs de la nature divine pour apparaître sur la terre et pratiquer une vie d’homme, accomplissant ce qui était annoncé par les prophètes d’Israël :

C'est pourquoi le Seigneur, lui, vous donnera un signe : Voici, la vierge concevra et elle enfantera un fils, et appellera son nom Emmanuel ("Dieu avec nous") [...] Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné, et le gouvernement sera sur son épaule ; et on appellera son nom : Merveilleux, Conseiller, Dieu fort, Père du siècle, Prince de paix. À l'accroissement de son empire, et à la paix, il n'y aura pas de fin, sur le trône de David et dans son royaume, pour l'établir et le soutenir en jugement et en justice, dès maintenant et à toujours. (Esaïe 7:14, 9:6-7)

 
L'HOMME CHRIST JESUS VENERE LE PERE

Accomplissant volontairement une vie d’homme, il a pris la position de Fils devant son Père et, à ce titre vénère son Père. Comment eût-il pu en être autrement ? Il fournit le modèle pour tous les croyants, il vit dans l’obéissance (ce qui devait être le cas de tout homme devant son Créateur), et se présente comme le Serviteur parfait de Dieu...
 
Pouvait-il se présenter ainsi, comme serviteur, autrement q u’en vénérant son Père qui est dans les Cieux ? Ainsi, Jésus se présente comme le Serviteur parfait, tel qu’annoncé par les prophètes, et à ce titre vénère Dieu, l’appelant “Père”, car il s’est défait de ses attributs divins.
 
Et le chrétien Le reconnaît comme Dieu, ainsi que le fit Thomas, l’apôtre, après la résurrection du Seigneur, en lui disant :

Et huit jours après, ses disciples étaient de nouveau dans la maison, et Thomas avec eux. Jésus vient, les portes étant fermées ; et il se tint au milieu d'eux et dit : Paix vous soit ! Puis il dit à Thomas : Avance ton doigt ici, et regarde mes mains ; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté ; et ne sois pas incrédule, mais croyant. Thomas répondit et lui dit : Mon Seigneur et mon Dieu ! (Jean 20:26-28)

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Publié dans Jésus Christ | Eric

04/08/2010

Nous espérions... mais...


 

Nous espérions… mais…
 
Or nous, nous espérions qu'il était celui
qui doit délivrer Israël ; mais...
Luc 24:21

 
Rappelons-nous cette scène ! Deux hommes qui croyaient que Jésus était le Messie promis, celui qui doit apporter la paix au monde… Et ce Jésus est mort crucifié ! Alors, tristes, ils retournent dans leur village, Emmaüs. Ils font route au lendemain du Shabbat, alors que le corps de Jésus avait été déposé dans un sépulcre près de Gologotha, le lieu de la crucifixion, par les soins de deux notables qui croyaient en Lui.

Or nous, nous espérions qu'il était celui qui doit délivrer Israël ; mais encore, avec tout cela, c'est aujourd'hui le troisième jour depuis que ces choses sont arrivées. (Luc 24:21)

Nos deux voyageurs avaient bien eu vent que des femmes disaient avoir vu Jésus ressuscité, mais que valaient ces bruits, ces rumeurs… Ils n’y avaient pris garde, conservant en leur cœur une grande tristesse… Nos deux disciples sont en route, et se parlent…

Et voici, deux d'entre eux étaient ce même jour en chemin, pour aller à un village dont le nom était Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades. Et ils s'entretenaient ensemble de toutes ces choses qui étaient arrivées. (Luc 24:13-14)

D’un autre côté, à Jérusalem, devait avoir eu lieu au Temple de Jérusalem, ce même jour, une célébration, celle du début de la moisson… Nos disciples ne pouvaient connaître ce que cette fête annonçait, pas plus d'ailleurs que les prêtres qui accomplissaient la liturgie de ce jour. C'était alors le commencement de la récolte, et la Loi prescrivait qu’une "gerbe de prémices" soit présentée au Seigneur Dieu, au Temple, et la Loi dit même que cela devait être fait le lendemain du Shabbat, le lendemain du Shabbat qui suivait la fête de la Pâque qui venait d’être célébrée.

Parle aux fils d'Israël, et dis-leur : Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne et que vous en aurez fait la moisson, vous apporterez au sacrificateur une gerbe des prémices de votre moisson ; et il tournoiera la gerbe devant l'Éternel, pour que vous soyez agréés ; le sacrificateur la tournoiera le lendemain du sabbat. (Lévitique 23:10-11)

Une semaine pleine de signification... L’agneau pascal d'abord, souvenir de la sortie d'Égypte, et annonce du sacrifice du Christ… Une célébration qui commence le soir par un repas "en famille", car ainsi sont établies les journées en Israël, du soir au soir, comme il est écrit "Il y eût soir, il y eût matin". Le soir du Jeudi, donc commençait en fait la journée du vendredi, jour de la crucifixion. Et le lendemain du Shabbat la Gerbe de prémices devait être présentée dans le Temple… Célébrer la nouvelle récolte ! Mais de quoi donc parle cette « nouvelle récolte » ?
 
Ce jour là donc, le premier de la semaine, au Temple, des prêtres font une célébration religieuse - la vie continue comme si de rien n'était... Et sur le chemin des disciples déçus, découragés, fort tristes… Leur confiance et leur espérance avaient été bien mises à une bien grande épreuve !
 
Alors quelqu’un se joint à eux, tandis qu’ils marchaient et ce quelqu'un s'intéresse à eux…

Et il arriva, comme ils s'entretenaient et raisonnaient ensemble, que Jésus lui-même, s'étant approché, se mit à marcher avec eux. Mais leurs yeux étaient retenus, de manière qu'ils ne le reconnurent pas. Et il leur dit : "Quels sont ces discours que vous tenez entre vous en marchant, et vous êtes tristes ?" (Luc 24:15-17)

Nous pouvons lire la suite de l’histoire… Et lire qu’ils furent rassénérés, fortifiés, jusqu’à reprendre la route dans l’autre sens, bravant les dangers de la nuit qui tombait… Et ils se disaient-ils l’un à l’autre :

Notre cœur ne brûlait-il pas au dedans de nous, lorsqu'il nous parlait par le chemin, et lorsqu'il nous ouvrait les écritures ? (Luc 24:32)

A nous de réfléchir maintenant ! Quelqu’un est-il triste, déçu, découragé ? Des questions sont là, présentes au cœur ! Des « pourquoi » … Et des questions se posent au sujet même de Dieu ! Sommes-nous sans ressource ? Le Seigneur a dit :

Sondez les écritures, car vous, vous estimez avoir en elles la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi (Jean 5:39)

Et le Seigneur "ouvrit" les Écritures en s'adressant à ces disciples découragés, leur disant :

Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses, et qu'il entrât dans sa gloire ? Et commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliquait, dans toutes les écritures, les choses qui le regardent. (Luc 24:26-27)

Comme le Seigneur s’est approché lui-même des disciples découragés, pensons qu’il veut faire entendre sa voix, faire connaître son message de paix aux découragés de la terre ! Ne sommes-nous pas frappé du fait que ces deux « disciples d’Emmaüs » ont été les objets de l’attention du Ressuscité avant même que celui-ci ne se présentat aux disciples demeurés à Jérusalem… Ces deux devaient être de retour, de retour du chemin d’Emmaüs, de retour du chemin du découragement… > C’est un jour nouveau qui s’était ouvert ! Le jour d’une nouvelle moisson :

Mais maintenant Christ a été ressuscité d'entre les morts, prémices de ceux qui sont endormis… de même aussi dans le Christ tous seront rendus vivants ; mais chacun dans son propre rang : les prémices, Christ ; puis ceux qui sont du Christ, à sa venue. (1 Corinthiens 15:20-23)

Que dirons-nous à ces choses ? Nous laisser aller, oublier les paroles de grâce de Jésus ? Ou "sonder les Écritures" ?

Moi, je suis le bon berger : le bon berger met sa vie pour les brebis... Moi, je suis le bon berger, et je connais les miens et je suis connu des miens, comme le Père me connaît et moi je connais le Père ; et je mets ma vie pour les brebis. (Jean 10:10,14-15)

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

17:47 Publié dans Jésus Christ | Eric

01/08/2010

Père ! Pardonnes-leur !

Père, pardonne-leur !
 
Et Jésus dit : "Père, pardonne-leur,
car ils ne savent ce qu'ils font."
Luc 23:34

 
La première des sept paroles de la Croix ! Une parole extraordinaire, celle d’un homme juste, condamné injustement… Une heure auparavant, Jésus était devant des notables de son peuple, non pas tous – manquaient dans leurs rangs au moins deux d’entre eux, Nicodème et Joseph d’Arimathée – mais ceux qui étaient là étaient contents de l’avoir entre leurs mains ! Couvert de crachats, de giffles, de mépris, Jésus ne dit rien alors, il laisse faire, et il laissera faire jusqu’au bout de leur œuvre, de l’œuvre de ces hommes… Ensuite la soi-disant « cour de justice » se déplace… L’humiliation de Jésus ne leur suffit pas, ils veulent qu’Il soit mis à mort…  Et Pilate, homme craintif pour sa « situation », son « poste de gouverneur », est confronté à ceux d’entre les proches du grand prêtre qui se trouvaient là, ceux qui avaient aimé se glisser dans le prétoire...

Pilate donc s'adressa de nouveau à eux, désirant relâcher Jésus. Mais ils s'écriaient, disant : "Crucifie, crucifie-le !" (Luc 23:20-21)

Le lieu n’est pas vaste, le nombre de gens rassemblés là ne pouvait être immense, mais ils étaient unanimes (c’est bien le sens du texte évangélique) dans leur hâte de voir Jésus mis à mort. Humilié, sous les coups, l’Homme Jésus est digne, il ne s’en protège nullement…  Et devant les altermoiements de Pilate, la pression de l'assistance se fait plus forte...

Mais ils insistaient à grands cris, demandant qu'il fût crucifié. Et leurs cris et ceux des principaux sacrificateurs eurent le dessus. Et Pilate prononça que ce qu'ils demandaient fût fait. (Luc 23:23-24)

Et sitôt le prononcé de la condamnation, peut-être vers huit heures du matin, dans une ruelle de Jérusalem, les habitants ont pu voir un Homme juste, portant une lourde croix, et aidé bientôt d’un passant désigné pour ce faire ! Le bon peuple de Jérusalem était là. Il était là stupéfait et blessé, comme nous le lisons :

Et une grande multitude du peuple et de femmes qui se frappaient la poitrine et le pleuraient, le suivait. (Luc 23:27)

Lisons bien ces mots ! Honte à ceux qui présentent le « chemin de croix » en montrant le peuple de Jérusalem acharné contre le condamné ! Ceux-là nuisent à tout un peuple, le peuple appelé prophétiquement « mes amis » (Zacharie 13:6) Mais est-ce digne d’un chrétien ?
 
Revenons au textes de l’Évangile ! Il y a sur ce chemin :
 
  • un condamné,
  • une foule pleurant l’homme de bien qui vient d’être condamné, et qui, la veille encore, parlait librement dans l'enceinte du Temple,
  • des soldats faisant leur travail, conduisant le cortège et le séparant de la population,
  • et les quelques notables qui voulaient la mort de Jésus.
Et le cortège arrive alors au lieu du supplice, au lieu de la mise à mort. Il est près de neuf heures du matin… Et Jésus ne prononce pas un mot. Il est méprisé, humilié, maudit. Mais dans quel état d'esprit ? Nous lisons :

Jésus, … à cause de la joie qui était devant lui, a enduré la croix, ayant méprisé la honte. (Hébreux 12:2)

Lisons aussi cette parole du Psaume :

Il va en pleurant, portant la semence qu'il répand ; il revient avec chant de joie, portant ses gerbes. (Psaume 126:6)

La souffrance du Messie d’Israël a été clairement annoncée ! Des paroles surprenantes, écrites un demi-millénaire avant qu’elles ne se réalisent ! Et nous y lisons aussi le résultat, le fruit, et la joie qui étaient devant le Condamné sur la croix ! Le prophète l’avait annoncé en écrivant :

Mais il plut à l'Éternel de le meurtrir ; il l'a soumis à la souffrance. S'il livre son âme en sacrifice pour le péché, il verra une semence ; il prolongera ses jours, et le plaisir de l'Éternel prospérera en sa main. Il verra du fruit du travail de son âme, et sera satisfait. Par sa connaissance mon serviteur juste enseignera la justice à plusieurs, et lui, il portera leurs iniquités. (Ésaïe 53:10-11)

Il faut lire tout ce chapitre du Livre d’Ésaïe, et aussi les Psaumes, car ils attestent que des croyants de cette époque avaient reçu la parole du prophète touchant les souffrances du Messie. Lisons le Psaume 22 et tant d’autres.
 
Et lisons aussi cette autre parole prophétique qui indique la pensée de Celui qui devait connaître la crucifixion :

Et il dira : "Je ne suis pas prophète ; je suis un homme qui laboure la terre ; car l'homme m'a acquis dès ma jeunesse."  Et on lui dira : "Quelles sont ces blessures à tes mains ?"  Et il dira : "Celles dont j'ai été blessé dans la maison de mes amis." (Zacharie 13:5-6)

« La maison de mes amis ! » Y avons-nous pensé ? Il y a tant de choses à penser devant la Croix, les sept paroles que Jésus y prononça… Mais nous nous arrêterons à la première !
 
Le condamné est crucifié ! Il est entouré de ses bourreaux et du centurion qui dirigeait les opérations, observé par des notables du peuple, vu par des passants... et contemplé par quelques uns de ses fidèles qui se tenaient à distance. Et Il prononce alors une parole extraordinaire...

Et quand ils furent venus au lieu appelé Crâne, ils le crucifièrent là, et les malfaiteurs, l'un à la droite, l'autre à la gauche. Et Jésus dit : "Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu'ils font." (Luc 23:33-34)

Cherchons dans le monde, et dans l’histoire des hommes, un Homme qui après trois années de service se trouve méprisé, humilié et même maudit… et donnant sa vie pour que ces paroles de pardon puissent être prononcées devant Dieu ! Il faut lire et relire les sept paroles de la croix… Chacune apporte un message essentiel, et ensemble elles développent la pensée de grâce de Celui qui a créé les cieux et la terre, et la famille humaine, afin d’adopter des enfants….

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

17:41 Publié dans Jésus Christ | Eric

27/07/2010

Le retour du Seigneur

Le retour du Seigneur
 
Je reviendrai, et je vous prendrai auprès de moi ;
afin que là où moi je suis, vous, vous soyez aussi.
Jean 14:3

 
Beaucoup de choses ont été dites touchant l’avenir de ce monde, et plusieurs de ces idées trouvent leur origine dans la Bible. Elle parle
 
  • du règne du Messie, d’un royaume ayant son centre à Jérusalem et couvrant la monde entier, noud le lisons dans les livres des prophèteset dans l’Apocalypse,
  • de jugements, comme nous le trouvons dans les livres des prophètes et les Evangiles,
  • d’un « jugement dernier », dans l’Apocalypse
  • de la destruction de ce monde et de l’établissement d’un nouveau ciel et d’une nouvelle terre, ceci nous le voyons dans l’épître de Pierre et l’Apocalypse.
  • mais aussi du Retour de Jésus ! Dans l’Evangile de Jean, dans les épîtres de Paul…
Comment ces « annonces » de la Bible sont elles compatibles, comment ces prophéties si différentes seront-elles accomplies ?
 
Dans cette fiche, nous nous plaçons dans la position des premiers chrétiens ! Ils attendaient de fait le premier de ces événements à venir : ils attendaient la Venue de Jésus… Les encouragements qui leurs sont prodigués sont soulignés par l’annonce de sa venue… C‘est de cela que nous nous occupons ici, en sachant que « La Parole de Dieu » s’accomplira complètement, mais chaque chose en son propre temps…
 
Avant la Croix, le Seigneur dit à ses disciples :

Que votre cœur ne soit pas troublé ; vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, il y a plusieurs demeures ; s'il en était autrement, je vous l'eusse dit, car je vais vous préparer une place. Et si je m'en vais et que je vous prépare une place, je reviendrai, et je vous prendrai auprès de moi ; afin que là où moi je suis, vous, vous soyez aussi. (Jean 14:1-3)

Et les chrétiens sont tenus dans cette attente du retour de Jésus, ainsi lisons-nous :

Car eux-mêmes racontent de nous quelle entrée nous avons eue auprès de vous, et comment vous vous êtes tournés des idoles vers Dieu, pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux son Fils qu'il a ressuscité d'entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient. (1 Thessal.1:9-10)

Ils sont assurés même que des chrétiens seront sur la terre, attendant le Seigneur Jésus qui les prendra, ainsi que ceux qui sont « endormis dans le Seigneur » (décédés) afin d’être emportés dans le ciel :

Car nous vous disons ceci par la parole du Seigneur : que nous, les vivants, qui demeurons jusqu'à la venue du Seigneur, nous ne devancerons aucunement ceux qui se sont endormis. Car le Seigneur lui-même, avec un cri de commandement, avec une voix d'archange, et avec la trompette de Dieu, descendra du ciel ; et les morts en Christ ressusciteront premièrement ; puis nous, les vivants qui demeurons, nous serons ravis ensemble avec eux dans les nuées à la rencontre du Seigneur, en l'air ; et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. (1 Thessal.4:15-17)

Ceci nous parle d’une entrée dans la présence de Dieu, le ciel, et non d’une réforme de ce monde… Ceci est souligné encore dans une autre épître :

Voici, je vous dis un mystère : Nous ne nous endormirons pas tous, mais nous serons tous changés : en un instant, en un clin d'œil, à la dernière trompette, car la trompette sonnera et les morts seront ressuscités incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corruptible revête l'incorruptibilité, et que ce mortel revête l'immortalité. (1 Corinth.15:51-53)

Et l’apôtre Jean conclut :

Voyez de quel amour le Père nous a fait don, que nous soyons appelés enfants de Dieu ; c'est pourquoi le monde ne nous connaît pas, parce qu'il ne l'a pas connu. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté ; nous savons que quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est. (1 Jean 3:1-2)

Comment comprendre cette promesse de Jésus-Christ ? Que veulent précisément dire ces passage écrits par des chrétiens du premier siècle ? Ne manquez pas de réagir, ou de prolonger la réflexion en abordant une Aide de lecture plus développée, conduisant à lecture d'autres passages du Nouveau Testament:

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

17:34 Publié dans Jésus Christ | Eric

26/07/2010

L'Agneau de Dieu

L’Agneau de Dieu
 
Voilà l'Agneau de Dieu
qui ôte le péché du monde !
Jean 1:29

 
Dès les premières pages de la Bible, il est question de l'Agneau de Dieu, et au moment voulu de Dieu, le Seigneur Jésus, l'Agneau de Dieu a été manifesté sur la terre… Dans l’histoire de Caïn, une parabole qui nous enseigne la pensée de Dieu touchant l’homme, Dieu dit à Caïn, coupable de la mort de son frère Abel : Le sacrifice pour le péché est « couché à la porte » (Genèse 4:7) Il est là, il t’est présenté afin que tu trouves mon pardon – si tu le veux ! Plus loin, nous voyons Abraham, montant vers la montagne où Dieu demandé qu’il lui donne son fils Isaac. Et que dit Abraham :

Et Isaac parla à Abraham, son père, et dit : Mon père ! Et il dit : Me voici, mon fils. Et il dit : Voici le feu et le bois ; mais où est l'agneau pour l'holocauste ? Et Abraham dit : Mon fils, Dieu se pourvoira de l'agneau pour l'holocauste. (Genèse 22:7-8)

Quoique l’on pense, c’est ici une réalité extraordinaire, écrite il y a bien des siècles, bien avant que Jésus ne soit sacrifié à la Croix du Calvaire ! Comment un sage a-t-il écrit ces paroles ? Comment Abraham a-t-il eu cette conviction en lui-même ? C’est bien à des paroles comme celle-là que nous discernons que la Bible nous fait connaître la Parole de Dieu ! Les siècles se passent, et voilà qu’un jour un homme, Jean le Baptiseur…

… voit Jésus venant à lui, et il dit : Voilà l'Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde ! (Jean 1:29)

L'Agneau de Dieu ! Que signifie ce nom donné au Seigneur Jésus ? Ce nom évoque le sacrifice, ce sacrifice offert pour que nous sachions que Dieu est juste, et qu’il ne peut nous voir dignes de sa présence alors que nous ne le sommes pas ! Il y a une dette envers Lui… Et elle a été payée ! Le prix de notre rédemption, c’est le don de Jésus, le sacrifice de Lui-même. Ainsi nous lisons encore :

Vous avez été rachetés de votre vaine conduite ... par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache, ... (Hébreux 9:18-19)

... le Bien-aimé (Jésus Christ) ; en qui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des fautes selon les richesses de sa grâce. (Ephésiens 1:7)

Le sang de Jésus Christ son Fils nous purifie de tout péché.    (1 Jean 1:7)

Vos péchés vous sont pardonnés par son Nom.    (1 Jean 2:12)

Et ainsi, l’homme est déclaré « juste », car la dette a été apurée…

... étant justifiés déclarés justes gratuitement par sa grâce, par la rédemption qui est dans le christ Jésus, lequel Dieu a présenté pour propitiatoire, par la foi en son sang ... en sorte qu'il soit juste et justifiant (c'est-à-dire : déclarant juste) celui qui est de la foi de Jésus.    (Romains 3:24-26)

... nous qui croyons en celui qui a ressuscité d'entre les morts Jésus notre Seigneur, lequel a été livré pour nos fautes et a été ressuscité pour notre justification.    (Romains 4:24-25)

Il faut impérativement s’arrêter à ces points essentiels, car on a parlé de beaucoup de choses, inventé bien des histoires depuis que l’Evangile a été annoncé, apporté bien des conditions pour « aller au ciel » et bien des « moyens de paiement » … non pas une carte bancaire ou quelque argent, mais des « indulgences »… Où les trouvons-nous dans l’Ecriture ? Que dit l’Evangile ?
 
Y a-t-il un travail à accomplir, un temps de souffrance, à endurer moi-même en plus des souffrances de Christ pour l'expiation ? Autrement dit, son sacrifice n'est-il pas suffisant ?
 
Le sacrifice de Christ, lequel a enduré sur la croix le juste jugement de Dieu contre le péché, permet-il à Dieu d'introduire avec justice les rachetés dans le ciel ?
Au lecteur de s’enquérir, éventuellement réfléchir à des idées reçues, et lire la Parole de Dieu, et plus précisément les Evangiles.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Publié dans Jésus Christ | Eric

21/07/2010

Jésus, le Consolateur

Jésus le Consolateur
 
Venez à moi, vous tous qui vous fatiguez et qui être chargés,
et moi, je vous donnerai du repos.
Evangile selon Matthieu 11:28

 
Beaucoup de "pourquoi" s’élèvent de cœurs qui souffrent, beaucoup d’interrogations... Beaucoup de "pourquoi" pour tant de souffrances, de peines, de douleurs, de maladies... Pourquoi le deuil, la solitude, l’adversité... ?

Mes larmes ont été mon pain, jour et nuit...
Mon Dieu ! mon âme est abattue au dedans de moi...
Pourquoi m’as-tu oublié ? ...
Pourquoi es-tu abattue, mon âme ? Et pourquoi es-tu agitée au dedans de moi ? (Psaume 42:3,6,9,11)

Nous pourrions multiplier les citations de la Bible, mais lisons au Nouveau Testament, il y est fait état de la création et des souffrances, lot des hommes sur la terre.

... les souffrances du temps présent...  En effet, la création a été assujettie à la futilité - non de son propre gré, mais à cause de celui qui l'y a soumise...  Or nous savons que, jusqu'à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l'accouchement... (Romains 8:18,20,22)

Dieu voit-il ? Dieu sait-il ce qui arrive aux fils des hommes ?

L’Éternel regarde des cieux ; il voit tous les fils des hommes. (Psaume 33:13)

Car les yeux de l’Éternel parcourent toute la terre, afin qu’il se montre fort, en faveur de ceux qui sont d’un cœur parfait envers lui. (2 Chroniques 16:9)

Le Créateur voit sa création, il voit ses créatures, il voit les hommes ! Voyons le Seigneur Jésus auprès du tombeau de Lazare, frère de Marthe et Marie. Il vit les pleurs des deux sœurs, et de ceux qui étaient venu exprimer leur sympathie :

Quand Jésus la vit pleurer, et qu'il vit pleurer aussi les Juifs qui étaient venus avec elle, son esprit s'emporta et il se troubla. Il dit : Où l'avez-vous mis ? Seigneur, lui répondirent-ils, viens voir ! Jésus pleura. (Jean 11:33-35)

Quel est donc le plan de Dieu ? Veut-il donc voir les hommes qu’il a créé demeurer dans la douleur ? Quelle est la fin, qu’est-ce que Dieu va faire ?

Dieu vous appelle à son propre royaume et à sa propre gloire. (1 Thessal.2:12)

Le livre de l’Apocalypse conclut, parlant de choses nouvelles :

Et j’ouïs une grande voix venant du ciel, disant : Voici, l’habitation de Dieu est avec les hommes, et il habitera avec eux ; et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux, leur Dieu. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux ; et la mort ne sera plus ; et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni peine, car les premières choses sont passées. (Apocalypse 21:3-4)

Où passerai-je l’Eternité ? N'est-ce pas une question fondamentale et personnelle ? Est-ce auprès de Celui qui essuiera toutes larmes ? C’est d’abord de salut, de réconciliation, qu’il est question. Car que vaut une vie d’homme, si elle n’aboutit pas à la joie du Ciel ?

Dieu donc, ayant passé par-dessus les temps de l'ignorance, ordonne maintenant aux hommes que tous, en tous lieux, ils se repentent ; parce qu'il a établi un jour auquel il doit juger en justice la terre habitée, par l'homme qu'il a destiné à cela, de quoi il a donné une preuve certaine à tous, l'ayant ressuscité d'entre les morts. (Actes 17:30-31)

La Parole de Dieu nous fait connaître le bonheur de Dieu lorsqu’une personne répondant à son appel est introduite dans la joie du ciel.

le don de grâce de Dieu, c’est la vie éternelle dans le christ Jésus, notre Seigneur. (Romains 6:23)

Notre Dieu sauveur, qui veut que tous les hommes soient sauvés et viennent à la connaissance de la vérité ; car Dieu est un, et le médiateur entre Dieu et les hommes est un, l’homme Christ Jésus, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous. (1 Timothée 2:3-6)

Mais pour qui est cet avenir ? Le salut est gratuit, il est donné à quiconque croit, à quiconque reçoit Jésus comme Sauveur…

Car Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. (Jean 3:16)

 

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

11:38 Publié dans Jésus Christ | Eric