08/04/2011

La Passion du Christ (5/12)


 

De Pilate à Hérode
Matt.27:11-32, Marc 15:2-23, Luc 23:1-32, Jean 18:28-19:17

C’est donc avec une forte détermination d’en finir que les chefs du peuple se rendirent chez Pilate. Il leur fallait convaincre le gouverneur de prononcer la peine de mort. Nous pouvons observer le silence de Jésus, la violence des chefs du peuple et la gêne de Pilate qui essaie de diverses manières d’éviter les responsabilités…

 
Première comparution devant Pilate
Matt.27:11-14, Luc 23:1-7, Jean 18:28-38

C’est ici l’entrée marquée des chefs du peuple auprès de Pilate, et le premier constat de Pilate... Une déformation des paroles du Seigneur leur permet de prononcer une accusation en des termes que le gouverneur peut comprendre, car cela concerne sa mission au nom de l’empereur de Rome : une question de paiement d’impôts, alors que la vérité est tout autre (Matt.17:27, 22:21).

Luc 23  1 Ils se levèrent tous ensemble et le menèrent à Pilate. 2 Ils se mirent à l’accuser, disant : Nous avons trouvé cet individu incitant notre nation à la révolte ; il empêche de payer les impôts à César, se disant lui-même être le Christ, un roi. 3 Pilate l’interrogea, disant : Toi, tu es le roi des Juifs ? Et répondant, il lui dit : Tu le dis. 4 Pilate dit aux prêtres et aux foules : Je ne trouve aucun crime en cet homme. 5 Mais ils insistèrent, disant : Il soulève le peuple, en enseignant dans toute la Judée, depuis la Galilée où il a commencé, jusqu’ici. 6 Et Pilate, ayant entendu parler de la Galilée, demanda si l’homme était galiléen. 7 Et ayant appris qu’il était de la juridiction d’Hérode, il l’envoya à Hérode qui se trouvait aussi à Jérusalem en ces jours-là.

  • L’accusation portée par les Juifs est-elle la cause de sa comparution devant Pilate ? Comparons avec les scènes précédentes, soit devant Caïphe, durant la nuit, ou au tribunal religieux, le Sanhédrin, au matin ?
  • Pilate est-il sensible à l’accusation portée contre Jésus ?
  • Pourquoi se précipite-t-il à faire conduire Jésus à Hérode ?
Au cœur de ce passage, nous voyons la réponse simple, sobre et forte que fit Jésus à la question de Pilate. Oui, Il est roi, mais aujourd’hui son royaume n’est pas de ce monde (Jean 18:36, Apoc.11:15).


 
Comparution devant Hérode
Luc 23:8-12

Le sinistre cortège se remet en route ! Des gardes de Pilate entourent Jésus et sont suivis des principaux prêtres et de scribes. Que pense à ce moment le petit peuple qui voit ces choses ? Nous n’en savons rien, mais un homme voit une de ses envies satisfaites…

Luc 23  8 Lorsque Hérode vit Jésus, il se réjouit grandement. En effet, depuis longtemps il désirait le voir à cause de ce qu’il avait entendu dire de lui, et il espérait le voir produire quelque miracle. 9 Il l’interrogea longuement, mais Jésus ne lui répondit rien. 10 Les principaux prêtres et les scribes étaient là et l’accusaient avec véhémence. 11 Alors Hérode, avec ses troupes, le traita avec mépris et, après l’avoir revêtu d’un habit resplendissant, le renvoya à Pilate. 12 Ce jour même, Pilate et Hérode devinrent amis, alors qu’auparavant ils étaient en inimitié.

  • Comment pourrions-nous qualifier l’attitude d’Hérode ? Son vague espoir de voir se produire quelque miracle n’est pas rencontré ! A-t-il quelque désir d’entendre le message de Jésus ?
  • Comment pouvons-nous comprendre la subite amitié qui s’est ainsi nouée entre des deux dirigeants ?
Un long interrogatoire ? Sans aucun doute de nombreuses questions, et une réelle pression tandis que les prêtres et les scribes présents parlaient avec véhémence. Si Hérode pût interpréter le silence de Jésus comme une faiblesse, il agit ici en véritable potentat sans foi ni loi qui méprise le pauvre, l’affligé (Psaume 40:17).

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

Les commentaires sont fermés.