10/04/2011

La Passion du Christ (3/12)


 

Chez Hanna et chez Caïphe
Matt.26:57-27:2, Marc 14:53-15:1, Luc 22:54-71, Jean 18:12-27

Une nuit profondément affligeante où brille, seul, Celui qui connaît l’humiliation la plus profonde ! Durant cette nuit, le Seigneur est face au mépris profond des chefs religieux présents et au traitement abject de leurs subalternes ; ils préparent sa condamnation par le sanhédrin ; les membres de ce tribunal religieux sont déjà présents, mais selon leur loi, la condamnation ne pourra être prononcée avant que le jour ne soit levé (Marc 15:1).

 
Jésus devant Hanna
Jean 18:12-14

Avant d’être conduit au Grand Prêtre du moment, Jésus se trouva devant Hanna, beau-père de Caïphe.

Jean 18  12 La cohorte, le chiliarque et les gardes des Juifs se saisirent de Jésus et le lièrent. 13 Ils le conduisirent premièrement à Hanna ; c’était le beau-père de Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, 14 ce Caïphe qui avait donné aux Juifs le conseil qu'il était avantageux qu'un seul homme pérît pour le peuple.

  • Pourquoi Jésus fut-il conduit premièrement à Hanna ? Quelle était donc la position de cet homme face au grand prêtre Caïphe ? Vers.13.
  • Comment marqua-t-il son accord pour que le désir des principaux prêtres soit rencontré ? Jean 18:24.
  • Qu’avait dit Caïphe pour emporter l’adhésion de ses collaborateurs à son projet touchant Jésus ? Jean 11:47-51.
Commença alors un interrogatoire que nous lisons dans l’évangile selon Jean. Il y était question de la doctrine et des enseignements de Jésus (Jean 18:19-23). Jésus sortit de chez Hanna lié comme un malfaiteur et conduit au Grand Prêtre, afin qu’il accomplisse son propre plan, selon qu’il avait prononcé cette parole qui convenait à ses buts, mais qui s’avéra être une réelle prophétie : "Vous ne savez rien, ni ne considérez qu'il nous est avantageux qu'un seul homme meure pour le peuple et que la nation entière ne périsse pas" (Jean 11:47-51, 18:14).


 
Jésus devant Caïphe
Matt.26:57-68, Marc 14:53-65, Luc 22:54-65, Jean 18:19-24

Le grand prêtre doit donc instruire l’affaire en vue de faire prononcer la condamnation de Jésus. Matthieu et Marc rendent compte de cette nuit au cours de laquelle des faux témoins se manifestèrent et durant laquelle se libéra contre le Seigneur toute la méchanceté des hommes.

Marc 14  53 Et ils amenèrent Jésus chez le grand prêtre ; tous les principaux prêtres, les anciens et les scribes s’assemblent auprès de lui. 54 Pierre l’avait suivi de loin, jusque dans l’intérieur du palais du grand prêtre, et il s’assit avec les gardes, et se chauffait près du feu.
 
55 Or les principaux prêtres et tout le sanhédrin cherchaient quelque témoignage contre Jésus pour le faire mourir ; et ils n’en trouvaient point, 56 car plusieurs portaient de faux témoignages contre lui, mais les témoignages ne s’accordaient pas. 57 Quelques-uns se levèrent et portèrent contre lui un faux témoignage, disant : 58 Nous l’avons entendu disant : Moi, je détruirai ce temple qui est fait de main, et en trois jours j’en bâtirai un autre qui ne sera pas fait de main. 59 Et même sur ce point là, leurs témoignages ne s’accordaient pas. 60 Alors le grand prêtre, se levant devant tous, interrogea Jésus, disant : Ne réponds-tu rien ? De quoi ceux-ci témoignent-ils contre toi ? 61 Et il garda le silence, et ne répondit rien. Le grand prêtre l’interrogea encore, et lui dit : Toi, tu es le Christ, le Fils du Béni ? 62 Et Jésus dit : Je le suis [litt. "Je suis", Exode 3.14], et vous verrez le fils de l’homme assis à la droite de la puissance [Hébr.10:12, 1 Pier.3:22], et venant avec les nuées du ciel. 63 Alors le grand prêtre, ayant déchiré ses vêtements, dit : Qu’avons-nous encore besoin de témoins ? 64 Vous avez entendu le blasphème ! Que vous en semble ? Et tous le condamnèrent comme méritant la mort. 65 Quelques-uns se mirent à cracher contre lui, et à lui couvrir le visage, et à lui donner des soufflets, et à lui dire : prophétise. Et les gardes le frappaient de leurs mains.

Nous voyons ici les accusations de soi-disant témoins, la déformation des paroles de Jésus touchant la destruction du temple, reprenant sans les avoir comprises les paroles que Jésus prononça lorsqu’il chassât les marchands du temple (Jean 2:19).

  • Après la cacophonie des faux témoignages, quelle est la parole saisie par le Grand Prêtre pour aller plus avant dans son propos ? Le Seigneur a-t-il parlé du temple de Jérusalem ? Jean 2:21.
  • Comment le Grand Prêtre lui-même, évoquant le Messie d’Israël annoncé par les prophètes, le désigne-t-il ? Sur quel texte biblique se fonde-t-il ? Psaume 2.
  • Pourquoi le Seigneur parle-t-il de lui-même comme étant "le fils de l’homme" ? Psaumes 8:4, 80:17, Matt.8:20, 9:6…
La vérité, tout simplement exprimée, suffit à accuser Jésus de blasphème. Oui, il est Celui à qui le jugement sera donné, lorsqu’au jour connu de Dieu seul, il viendra purifier la terre et établir son règne (Matt.13:41, 16:27, 24:27…). Nous voyons ainsi cet avenir chanté dans les Psaumes profané par les responsables religieux. Et cela "libère" en quelque sorte les assistants qui s’acharnent alors contre Jésus, dans l’attente que le jour se lève et que le sanhédrin, réuni officiellement, puisse prononcer la condamnation.


 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Publié dans La Passion, Textes fondamentaux | Eric

Les commentaires sont fermés.