21/12/2011

La Nativité (4/8)


 

Naissance de Jean le baptiseur – 1:57-79

Les voisins se réjouissent avec Elisabeth et Zacharie, car une naissance après tant d’années d’attente est ressentie comme une réelle bénédiction. Mais peuvent-ils connaître le destin du petit enfant ? Il est manifeste que ni Elisabeth, ni Zacharie, pourtant revenu muet de son service au temple neuf mois plus tôt, n’avaient parlé de la vision au temple et de l’accomplissement qu’ils vivaient, ayant reçu cet enfant. C’est un prophète qui était né, mais qui pouvait le savoir sans que Zacharie en parlât !

57 Le temps où Élisabeth devait accoucher arriva, et elle mit au monde un fils. 58 Ses voisins et les gens de sa parenté apprirent que le Seigneur avait magnifié sa miséricorde envers elle, et ils se réjouirent avec elle.
 
59 Le huitième jour, ils vinrent pour circoncire le petit enfant, et ils allaient l’appeler Zacharie, du nom de son père. 60 Mais sa mère dit : Non, il sera appelé Jean. 61 Et ils lui dirent : Il n’y a personne dans ta parenté qui soit appelé de ce nom. 62 Et ils firent signe à son père pour savoir comment il voulait qu’il fût appelé. 63 Zacharie demanda une tablette et il écrivit : Jean est son nom. 64 Et tous s’en étonnèrent. A l’instant même sa bouche fut ouverte et sa langue déliée, et il parlait, louant Dieu. 65 Tous leurs voisins furent saisis de crainte ; et on s’entretenait de toutes ces choses par tout le pays des montagnes de Judée. 66 Tous ceux qui en entendaient parler mirent ces choses en leur cœur disant : Que sera donc cet enfant ? Car la main du Seigneur était avec lui.

  • Qu’est-ce qui fit que les voisins, et plus largement les gens du haut pays de Judée, se mirent ainsi à réfléchir, "mettant ces choses en leur cœur", se demandant ce que serait cet enfant ?
Il est ainsi manifeste que des faits étranges se passent dans cette maison, et Luc ajoute que "la main du Seigneur était avec l’enfant". Le nom même de Jean n’est pas sans signification, car ce nom hébreu "Yohànan" signifie "Dieu est miséricorde". Et tous ceux qui entendirent ces choses les mirent dans leur cœur, disant : "Que sera donc cet enfant ?" Car ils étaient saisis d’une réalité transcendante au point de les garder en son cœur, c’est-à-dire les tenir à l’esprit comme une réalité qui leur sera devenue très chère…
 
La louange de Zacharie – 1:67-79
 
Le père, ayant recouvré l’usage de la parole, éclaire alors les voisins quant aux circonstances qui les ont plongés dans l’expectative. L’enfant étant né, c’est comme si le plan de Dieu était déjà accompli, car les annonces des prophètes commencencent à se manifester. Jusqu’alors le temps a coulé dans l’attente, mais maintenant ces événements promis sont en passe de se manifester, le premier pas de cet accomplissement est arrivé, attestant que le Dieu d’Israël a dores et déjà "visité et sauvé" son peuple. Zacharie exprime la louange ayant cette joie au cœur de voir poindre l’accomplissement des promesses faites à Israël ; et ensuite, considérant son fils, il annonce ce que sera sa vie.

67 Zacharie, son père, fut rempli de l’Esprit Saint, et prophétisa, disant :
 
68 Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, car il a visité et sauvé son peuple 69 et nous a suscité une corne de délivrance dans la maison de David son serviteur, 70 selon ce qu’il avait dit par la bouche de ses saints prophètes d’autrefois ; 71 une délivrance de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent.
 
72 C’est ainsi qu’il montre sa miséricorde envers nos pères et qu’il se souvient de sa sainte alliance, 73 selon le serment qu’il a juré à Abraham notre père de nous accorder, 74 étant libérés de la main de nos ennemis, et de le servir sans crainte 75 en sainteté et en justice devant lui tout au long de nos jours.
 
76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-haut, car tu iras devant le Seigneur pour préparer ses voies, 77 pour donner à son peuple la connaissance du salut, pour la rémission de leurs péchés, 78 par les tendres compassions de notre Dieu.
 
C’est par elles que l’Orient d’en haut nous a visités
79 pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort, pour diriger nos pas dans le chemin de la paix.

  • Quel est le bonheur dans la vie, pour des croyants tel Zacharie ? Vers.74-75. Comparer Michée 4:4, 6:8, Zacharie 3:10
  • Et dans quel milieu vivent-ils pour que Zacharie parle ainsi de délivrance ? Comp. Osée 12:8, Amos 8:5, Michée 6:11.
  • Qu’est-ce que cet "Orient d’en-haut" qui est en passe de paraître ? Voir Ésaïe 9:2, Amos 5:8, Jean 1:5.
Il y a de la joie et de la reconnaissance en Zacharie, tandis qu’il prononce ces paroles prophétiques évoquant le temps de l’apparition du Fils de David, ce temps attendu par les petits qui attendaient la venue du Messie. La joie de la délivrance est ici celle de pouvoir servir Dieu sans crainte, en sainteté et en justice. Et cette paix est apportée lorsque la lumière paraît – l’Orient d’en haut, le jour qui paraît, un jour marqué par la Lumière venant de Dieu (Genèse 1:3, Jean 1:5). La lumière touchant ceux qui sont dans les ténèbres, les pas conduits dans un chemin de paix… C’est là l’expression de la délivrance du chrétien, ce qui est expérimentalement décrit par ces mots du psalmiste : "Il me fait reposer dans de verts pâturages, il me mène à des eaux paisibles. Il restaure mon âme ; il me conduit dans des sentiers de justice, à cause de son nom" (Psaume 23). Voilà donc ce qui remplit le cœur de Zacharie, un homme qui a mis sa confiance en Dieu et le sert, attendant ce temps qu’il voit poindre, contemplant la naissance de son fils Jean et l’apparition prochaine du Messie…

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

08:00 Publié dans L'esprit de la NATIVITE | Eric

Les commentaires sont fermés.