30/07/2010

Merveilleuse histoire de l'adoption !


 

Merveilleuse histoire de l’adoption !
 
L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit
que nous sommes enfants de Dieu.
Romains 8:15-16

 
Peut-être nous demandons-nous pourquoi nous sommes sur la terre,  et quel est le sens de cette vie !  La réponse, nous la trouvons dans la Bible, par laquelle Dieu fait connaître qui Il est , et donne à connaître ses pensées, son plan pour l'humanité. 
 
Nous comprenons que ce monde est marqué par la désobéissance à Dieu, qu'il y règne la corruption et la violence...  Mais nous voyons aussi le potentiel de l'homme, capable d'amour, de compassion...  Nous voyons des actes moralement nobles qui sont réjouissant à considérer. 
Ainsi l'homme créé à l'image de Dieu peut refléter cette image ou s'en détourner complètement.  C'est ce qui est arrivé aussi lorsque Jésus a été crucifié...
 
  • Quel est le but de Dieu ?  Pourquoi tout cela ?  
  • Quel est le sens de l'Evangile ? 
  • Qu'est-ce que la "Bonne Nouvelle" ?

1. L'HOMME PEUT IL VIVRE COMME IL L'ENTEND ? 

Car la colère de Dieu est révélée du ciel contre toute l'impiété et l'injustice des gens qui tiennent la vérité captive dans l'injustice. (Romains 1:18)

2. IMPOSSIBLE D'ETRE SAUVE PAR SES PROPRES MERITES.

Personne, en effet, ne sera justifié devant lui en vertu des œuvres de la loi. (Romains 3:20)

3. DIEU DECLARE "JUSTE" QUICONQUE CROIT.

Mais maintenant, en dehors de la loi, la justice de Dieu… a été manifestée, la justice de Dieu, par la foi de Jésus-Christ, pour tous ceux qui croient… c'est gratuitement qu'ils sont justifiés par sa grâce, au moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. (Romains 3:21-24)

4. RECONCILIE AVEC DIEU.

Etant donc justifiés en vertu de la foi, nous sommes en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ ; c'est par son entremise que nous avons eu, par la foi, accès à cette grâce dans laquelle nous nous tenons, et que nous mettons notre fierté dans l'espérance de la gloire de Dieu. (Romains 5:1-23)

5. UNE NOUVELLE VIE.

Mais maintenant, libérés du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit une consécration et pour fin la vie éternelle. Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don de la grâce, le don de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ, notre Seigneur. (Romains 6:22-23)

6. AUCUNE CONDAMNATION.

Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. En effet, la loi de l'Esprit de la vie en Jésus-Christ t'a libéré de la loi du péché et de la mort. (Romains 8:1-2)

7. ENFANT DE DIEU.

En effet, vous n'avez pas reçu un esprit d'esclavage, qui ramène à la crainte, mais vous avez reçu un Esprit d'adoption filiale, par lequel nous crions : Abba ! – Père ! L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu." (Romains 8:15-16)

8. JAMAIS SEPARE DE L'AMOUR DE DIEU.

Car je suis persuadé que ni mort, ni vie, ni anges, ni principautés, ni présent, ni avenir, ni puissances, ni hauteur, ni profondeur, ni aucune autre création ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu en Jésus-Christ, notre Seigneur. (Romains 8:38-39)

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

18:00 Publié dans Entrer dans la vie | Eric

Gen.22 Le sacrifice d'Abraham


 

Genèse 22 - La ligature d'Isaac

 

Parmi les textes les plus connus de la Première Alliance, un des plus saisissants est le Sacrifice d’Isaac ! Isaac, le fils de la promesse, qu’Abraham était disposé à offrir à Dieu en sacrifice ! Si Abraham est manifestement décrit comme un bon père, tant pour le fils de la servante, Ismaël, que pour le fils de Sara, sa femme, ce dernier était bien particulier dans le cœur d’Abraham. Il a été attendu tant d’années, Sara ne pouvant avoir d’enfant. Mais aussi, il est celui sur lequel reposera la Promesse que Dieu avait faite à Abraham (Genèse 12.1-3)
 
Et une demande extraordinaire lui fut faite :

Et il arriva, après ces choses, que Dieu éprouva Abraham, et lui dit : Abraham ! Et il dit : Me voici. Et Dieu dit : Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, et va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste, sur une des montagnes que je te dirai. Et Abraham se leva de bon matin et bâta son âne et prit avec lui deux de ses jeunes hommes, et Isaac, son fils ; et il fendit le bois pour l’holocauste, et se leva, et s’en alla vers le lieu que Dieu lui avait dit. (Genèse 22:1-3)

Ce paragraphe nous parle :
• Dieu reconnaît l’amour d’Abraham pour son fils, et le souligne,
• Abraham a reconnu la voix de Dieu et obéit ! Il ne diffère pas le moment, il part de bon matin…

Le troisième jour, Abraham leva ses yeux et vit le lieu de loin. Et Abraham dit à ses jeunes hommes : Restez ici, vous, avec l’âne ; et moi et l’enfant nous irons jusque-là, et nous adorerons ; et nous reviendrons vers vous. (Genèse 22:4-5)

Et nous reviendrons vers vous… Il savait ce qu’il devait faire, et pourtant déclare clairement aux serviteurs qui l’accompagnent qu’il reviendra avec le jeune homme. Nous nous interrogeons sans doute sur le sens de cette réponse, car Abraham ne connaît pas la fin de cette scène qu’il va vivre et dont il est malgré lui un acteur majeur… L’épître aux Hébreux va répondre à notre interrogation… Mais il faut poursuivre la lecture…

Et Abraham prit le bois de l’holocauste, et le mit sur Isaac, son fils ; et il prit dans sa main le feu et le couteau ; et ils allaient les deux ensemble. Et Isaac parla à Abraham, son père, et dit : Mon père ! Et il dit : Me voici, mon fils. Et il dit : Voici le feu et le bois ; mais où est l’agneau pour l’holocauste ? Et Abraham dit : Mon fils, Dieu se pourvoira de l’agneau pour l’holocauste. Et ils allaient les deux ensemble. (Genèse 22:6-8)

Ici la question vient d’Isaac, jeune homme portant le bois de l’holocauste… Et nous lisons dans l’Evangile : "Et [Jésus] sortit portant sa croix, et s'en alla au lieu appelé lieu du crâne, qui est appelé en hébreu Golgotha."(Jean 19:17). Pas de question sur le chemin de Golgotha ! Mais sur la route où marchent un vieux père et son fils, une question est posée ! Et la réponse est fournie, sans détour, par Abraham : Dieu se pourvoira de l’agneau pour l’holocauste ! L’apôtre Pierre résume la réponse divine : "un agneau sans défaut et sans tache, préconnu dès avant la fondation du monde, mais manifesté à la fin des temps pour vous." (1 Pierre 1:19-20). Abraham affirme : "Dieu se pourvoira" … Et nous le savons, Christ a été manifesté au temps approprié, selon le plan de Dieu, des siècles après que cette page de la Bible n’ait été écrite !
 
Et la montée vers Morija se poursuit !

Et ils arrivèrent au lieu que Dieu lui avait dit. Et Abraham bâtit là l’autel, et arrangea le bois, et lia Isaac, son fils, et le mit sur l’autel, sur le bois. Et Abraham étendit sa main et prit le couteau pour égorger son fils. (Genèse 22:9-10)

Une scène étrange que cet arrangement de l’autel, le fils attaché sur l’autel sans un mot, sans un cri… Comme nous lisons la scène de la Croix. Scène étrange, mais histoire prémonitoire du Sacrifice du Christ…

Mais l’Ange de l’Éternel lui cria des cieux, et dit : Abraham ! Abraham ! Et il dit : Me voici. Et il dit : N’étends pas ta main sur l’enfant, et ne lui fais rien ; car maintenant je sais que tu crains Dieu, et que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique. (Genèse 22:11-12)

Jacques, dans son épître fait écho à toute la vie d’Abraham, mais particulièrement à cette scène ci : "Et l'écriture a été accomplie qui dit : Et Abraham crut Dieu, et cela lui fut compté à justice ; et il a été appelé ami de Dieu" (Jacques 2:23). Abraham a rendu compte de sa foi en Dieu par des actes, non par des invocations seulement, non par des gestes religieux répétitifs !

Et Abraham leva ses yeux, et vit, et voici, il y avait derrière lui un bélier retenu à un buisson par les cornes ; et Abraham alla et prit le bélier, et l’offrit en holocauste à la place de son fils. (Genèse 22:13)

Oui, Abraham avait eu raison d’obéir, d’agir dans la foi… Certes il ne pouvait vraiment comprendre de qui lui était demandé, les sacrifices humains sont réprouvés par Dieu… Mais il avait ce pressentiment d’un événement exceptionnel, il l’avait dit deux fois déjà : "nous reviendrons" (vers.5). et "Dieu se pourvoira de l’agneau" (vers.8).
 
Suit alors l’apaisement, la reconnaissance et la louange ! Abraham parle, et puis la Promesse qui lui avait été faite est réitérée, et attachée à cette foi extraordinaire qu’a manifestée le Patriarche…

Et Abraham appela le nom de ce lieu-là : Jéhovah-Jiré, comme on dit aujourd’hui : En la montagne de l’Éternel il y sera pourvu. (Genèse 22:14)

Et l’Ange de l’Éternel cria des cieux à Abraham, une seconde fois, et dit : J’ai juré par moi-même, dit l’Éternel : Parce que tu as fait cette chose-là, et que tu n’as pas refusé ton fils, ton unique, certainement je te bénirai, et je multiplierai abondamment ta semence comme les étoiles des cieux et comme le sable qui est sur le bord de la mer ; et ta semence possédera la porte de ses ennemis. Et toutes les nations de la terre se béniront en ta semence, parce que tu as écouté ma voix. (Genèse 22:15-18)

Une promesse qui a une étendue universelle : toutes les nations de la terre ! Ainsi, depuis Abraham, au travers de la lignée de la Promesse, un peuple fut établi dépositaire des promesses, et témoin de leur portée pour l’humanité entière ! Quel est donc l'avantage du Juif… ? Grand de toute manière, et d'abord en ce que les oracles de Dieu leur ont été confiés. (Romains 3:1-2). Et l’Evangile est aujourd’hui annoncé à toutes les nations…

Et Abraham retourna vers ses jeunes hommes ; et ils se levèrent, et s’en allèrent ensemble à Beër-Shéba ; et Abraham habita à Beër-Shéba. (Genèse 22:19)

Une conclusion et un encouragement pour nous, aujourd’hui : Abraham nous fournit un modèle pour marcher par la foi, c’est pourquoi nous lisons dans l’Epître aux Hébreux :

Par la foi, Abraham, étant éprouvé, a offert Isaac ; et celui qui avait reçu les promesses offrit son fils unique, à l'égard duquel il avait été dit : "En Isaac te sera appelée une descendance", ayant estimé que Dieu pouvait le ressusciter même d'entre les morts, d'où aussi, en figure, il le reçut. (Hébreux 11:17-19)

La clé de cette histoire, est écrite dans ces lignes de l’épître aux Hébreux. Abraham croyait dans la promesse qui lui fut faite touchant Isaac, et est allé de l’avant, prêt à l’offrir en sacrifice…. Une réflexion logique y eût vu une évidente contradiction, et cette contradiction est résolue par la foi en Dieu !
 
Une page du livre de la Genèse, une page écrite des siècles avant que l’on ne vit Jésus-Christ cloué à la croix du Calvaire… Une page qui annonce la Croix :
 
"Dieu s’était pourvu de l’agneau pour l’holocauste !"

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

16:00 Publié dans Livre de la Genèse | Eric

Laissez venir à moi...


 

Laissez venir à moi...

Des gens lui amenaient des enfants pour qu'il les touche de la main. Mais les disciples les rabrouèrent. Voyant cela, Jésus s'indigna; il leur dit : Laissez les enfants venir à moi; ne les en empêchez pas, car le royaume de Dieu est pour ceux qui sont comme eux. En vérité, je vous le dis, quiconque n'accueillera pas le royaume de Dieu comme un enfant n'y entrera jamais. Puis il les prit dans ses bras et se mit à les bénir en posant les mains sur eux.
Marc 10.13-16 (Mat.19.13-15, Luc 18.15-17)

Il y a bien des éléments sur lesquels s’arrêter !

  • Le désir des « gens » qui conduisent à Jésus des enfants : ils sont touchés par la douceur et de la grâce qui émanaient du Seigneur Jésus. C’est un point très important pour les enfants.
  • Les disciples qui rabrouent : le sens de l’importance du message de Jésus, ce qui n’est pas faux, car Jésus est prophète… et les prophètes ont des choses graves à dire, cela est évident, mais il n’y a pas de commandements sévères à donner à des enfants. Ils doivent savoir que Dieu aime, qu’Il veut leur bonheur…
  • L’indignation de Jésus : car les disciples devaient comprendre la grâce, laquelle s’exprime par des gestes affectueux. Dieu aime sa créature et veut la bénir… C’est le message essentiel de la « Bonne Nouvelle ».

 
DIEU AIME SA CREATURE ET VEUT LA BENIR !

La recherche des brebis

Le "travail de Dieu" (Jean 5:17). La recherche des brebis et les soins prodigués.

Car, ainsi dit le Seigneur, l'Éternel : Me voici, moi, et je rechercherai mes brebis, et j'en prendrai soin. Comme un berger prend soin de son troupeau au jour où il est au milieu de ses brebis dispersées, ainsi je prendrai soin de mes brebis, et je les sauverai de tous les lieux où elles ont été dispersées au jour de la nuée et de l'obscurité profonde.  Et je les ferai sortir d'entre les peuples, et je les rassemblerai des pays, et les amènerai dans leur terre ; et je les paîtrai sur les montagnes d'Israël, auprès des ruisseaux et dans toutes les habitations du pays ;  je les ferai paître dans un bon pâturage, et leur parc sera dans les hautes montagnes d'Israël ; elles seront là, couchées dans un bon parc, et paîtront dans de gras pâturages, sur les montagnes d'Israël. Moi-même je paîtrai mes brebis, et moi je les ferai reposer, dit le Seigneur, l'Éternel. (Ézéchiel 34:11-15)

Mais Jésus leur répondit : Mon Père travaille jusqu'à maintenant, et moi je travaille. (Jean 5:17)

En vérité, en vérité, je vous dis : Celui qui n'entre pas par la porte dans la bergerie des brebis, mais qui y monte par ailleurs, celui-là est un voleur et un larron. Mais celui qui entre par la porte, est le berger des brebis. À celui-ci le portier ouvre ; et les brebis écoutent sa voix ; et il appelle ses propres brebis par leur nom, et les mène dehors. Et quand il a mis dehors toutes ses propres brebis, il va devant elles ; et les brebis le suivent, car elles connaissent sa voix ; mais elles ne suivront point un étranger, mais elles s'enfuiront loin de lui, parce qu'elles ne connaissent pas la voix des étrangers. (Jean 10:1-5)

L’accueil de Dieu

Dieu reçoit les rachetés (Romains 14:3) dans une Nouvelle alliance annoncée pour l’humanité. L’anneau donné au fils prodigue.

Voici, des jours viennent, dit l'Éternel, et j'établirai avec la maison d'Israël et avec la maison de Juda une nouvelle alliance, non selon l'alliance que je fis avec leurs pères, au jour où je les pris par la main pour les faire sortir du pays d'Égypte, mon alliance qu'ils ont rompue, quoique je les eusse épousés, dit l'Éternel. Car c'est ici l'alliance que j'établirai avec la maison d'Israël, après ces jours-là, dit l'Éternel : Je mettrai ma loi au dedans d'eux, et je l'écrirai sur leur cœur, et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple ; et ils n'enseigneront plus chacun son prochain, et chacun son frère, disant : Connaissez l'Éternel ; car ils me connaîtront tous, depuis le petit d'entre eux jusqu'au grand, dit l'Éternel ; car je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché. (Jérémie 31:31-34)

Mais le père dit à ses esclaves : Apportez dehors la plus belle robe, et l'en revêtez ; et mettez un anneau à sa main et des sandales à ses pieds ; et amenez le veau gras et tuez-le ; et mangeons et faisons bonne chère ; car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé. Et ils se mirent à faire bonne chère. (Luc 15:22-24)

La joie de Dieu

Sa joie est d’annoncer une éternité de paix, marquée par des joies simples pour les petits et les aînés (Zacharie 8:1-5). Ce passage illustre l’attention de Dieu à la paix simple qu’il aime apporter, mais le thème est à considérer évidemment dans une perspective prophétique, sachant que le bonheur du racheté, dans l'éternité, répondra à son état dans cette nouvelle situation, comme le bonheur sur la terre est illustré par ces joies simples énoncées par le prophète Zacharie. La joie de Dieu dans ce travail d'amour est soulignée de diverses manières en (Luc 15).

Et la parole de l'Éternel des armées vint [à moi], disant : Ainsi dit l'Éternel des armées : Je suis jaloux pour Sion d'une grande jalousie, et je suis jaloux pour elle d'une grande fureur. Ainsi dit l'Éternel : Je suis revenu à Sion, et j'habiterai au milieu de Jérusalem ; et Jérusalem sera appelée la ville de vérité, et la montagne de l'Éternel des armées, la montagne sainte. Ainsi dit l'Éternel des armées : Il y aura encore des vieillards et des femmes âgées, assis dans les rues de Jérusalem, chacun son bâton à sa main, à cause du nombre de leurs jours. Et les places de la ville seront pleines de jeunes garçons et de jeunes filles, jouant dans ses places. (Zacharie 8:1-5)

Il fallait faire bonne chère et se réjouir ; car celui-ci, ton frère, était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé. (Luc 15:32)

Le travail de Dieu

Amener les hommes à recevoir cette bénédiction (Jean 5:17) qu'Il veut pour eux (1 Tim.2:4), malgré leur culpabilité, et cela en vertu du sacrifice de Christ.

Mais Jésus leur répondit : Mon Père travaille jusqu'à maintenant, et moi je travaille. (Jean 5:17)

Notre Dieu sauveur… veut que tous les hommes soient sauvés et viennent à la connaissance de la vérité. (1 Timothée 2:4)

 
CONSTATER ET CONCLURE POUR SOI-MEME !

Le chemin est ouvert

Le chemin « fermé » par nos fautes est ouvert par le sacrifice de la Croix.

Et l'Éternel Dieu le mit hors du jardin d'Éden, pour labourer le sol, d'où il avait été pris : il chassa l'homme, et plaça à l'orient du jardin d'Éden les chérubins et la lame de l'épée qui tournait çà et là, pour garder le chemin de l'arbre de vie. (Genèse 3:23-24)

Ayant donc, frères, une pleine liberté pour entrer dans les lieux saints par le sang de Jésus, par le chemin nouveau et vivant qu'il nous a consacré à travers le voile, c'est-à-dire sa chair, et ayant un grand sacrificateur établi sur la maison de Dieu, approchons-nous avec un cœur vrai, en pleine assurance de foi, ayant les cœurs par aspersion purifiés d'une mauvaise conscience et le corps lavé d'eau pure. (Hébreux 10:19-22)

A chacun de s'enquérir du Royaume !

Cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus… (Matthieu 6:33)

Nous n’y voyons pas de règne terrestre, ni une collectivité professant Jésus-Christ, mais une attache personnelle et véritable à Dieu, la liaison avec le Dieu de justice, l’adhésion à ce que Dieu est en lui-même. C’est le caractère de ceux qui manifestent les « béatitudes » : Bienheureux les pauvres en esprit, car c'est à eux qu'est le royaume des cieux, comme Jésus le dit à propos des petits enfants : le royaume de Dieu est pour ceux qui sont comme eux.

Bienheureux les pauvres en esprit, car c'est à eux qu'est le royaume des cieux... (Matthieu 5:3)

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

10:44 Publié dans Réflexions | Eric

29/07/2010

Le troupeau du Berger


 

Le troupeau du Berger
 
Moi, je suis le bon berger...
il y aura un seul troupeau, un seul berger.  
Jean 10.14,16

 
C'est la pensée de Dieu qui court tout au long de la Bible. Il faut se laisser pénétrer des paroles du Psaume 23 !

L’Eternel est mon berger : je ne manquerai de rien.
Il me fait reposer dans de verts pâturages,
il me mène à des eaux paisibles. Il restaure mon âme ;
il me conduit dans des sentiers de justice, à cause de son nom. (Psaume 23.1-3)

C’est l’expérience d’un homme qui, certes, ne fut pas parfait dans sa vie – qui d’ailleurs pourrait prétendre l’être ? – mais qui rend témoignage. Jacob dit vers la fin de sa vie à son fils Joseph :

Que le Dieu devant la face duquel ont marché mes pères, Abraham et Isaac, le Dieu qui a été mon berger depuis que je suis jusqu'à ce jour… (Genèse 48:15)

Les prophètes d’Israël n’ont pas cessé de rappeler que Dieu aime l’homme, qu’Il veut les conduire… S’ils l’ont rappelé, c’est qu’alors, comme aujourd’hui, l’humanité veut avancer sans Dieu, se construire des Tours de Babel qui apportent l’incompréhension mutuelle et les guerres… Mais Dieu parle, il rappelle sans cesse que, dans sa liberté, l’homme ferait mieux de s’enquérir de Lui pour Le suivre ! Que de belles choses se sont produites par des humains qui ont suivi la pensée de Dieu ! De ceux là, on se souvient, car :

Ce qui attire dans un homme, c'est sa bonté ; et le pauvre vaut mieux que l'homme menteur. (Proverbes 19:22)

Ainsi parlèrent les prophètes d’Israël :

Car, ainsi dit le Seigneur, l'Éternel : Me voici, moi, et je rechercherai mes brebis, et j'en prendrai soin. Comme un berger prend soin de son troupeau au jour où il est au milieu de ses brebis dispersées, ainsi je prendrai soin de mes brebis, et je les sauverai de tous les lieux où elles ont été dispersées au jour de la nuée et de l'obscurité profonde. (Ezéchiel 34.11-12)

Comme un berger il paîtra son troupeau ; par son bras il rassemblera les agneaux et les portera dans son sein ; il conduira doucement celles qui allaitent. (Ésaïe 40.11)

Au temps voulu par Dieu, Il apparut en Jésus, et Jésus dit aux foules : Moi, je suis le bon berger :

Moi, je suis le bon berger, et je connais les miens et je suis connu des miens, comme le Père me connaît et moi je connais le Père ; et je mets ma vie pour les brebis. Et j'ai d'autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie ; il faut que je les amène, elles aussi ; et elles écouteront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger.   (Jean 10.14-16)

Le Berger veut que tous les hommes soient de son troupeau, mais l’homme est libre… Interrogeons-nous pour savoir quelles sont les vraies brebis du Berger ? Qu’est-ce qui les caractérisent ? Une étiquette religieuse ? Un curriculum vitea impeccable – souvenons-nous du jeune homme riche qui s’appliquait à des règles morales, et digne à cet égard de tout notre respect… mais qui ne suivit pas Jésus… L’Evangile répond à cette question : ceux qui écoutent le Berger, ceux qui le suivent…

Mes brebis écoutent ma voix, et moi je les connais, et elles me suivent, et moi, je leur donne la vie éternelle, et elles ne périront jamais ; et personne ne les ravira de ma main.   (Jean 10.27-28)

Il s’agit ici de la vie de tous les jours… Jésus faisait du bien partout où il se trouvait ! Lui, le modèle…

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

16:28 Publié dans Le peuple de Dieu | Eric

Gen.18 Cacherais-je à Abraham ?


 

Genèse 18 - Cacherai-je à Abraham ce que je vais faire ?

 

Dans ce texte du Livre de la Genèse, c’est Dieu qui s’exprime, comme vis-à-vis de lui-même ! Et dans sa sagesse, celui qui a rédigé cette histoire a pénétré une grande réalité de la vie des hommes, une réalité si souvent méprisée ou niée, à savoir que Dieu regarde sur la terre, et considère la vie des hommes, et en tire des conséquences !

Et l'Éternel dit : Cacherai-je à Abraham ce que je vais faire, puisque Abraham doit certainement devenir une nation grande et forte, et qu'en lui seront bénies toutes les nations de la terre ? Car je le connais, et je sais qu'il commandera à ses fils et à sa maison après lui de garder la voie de l'Éternel, pour pratiquer ce qui est juste et droit, afin que l'Éternel fasse venir sur Abraham ce qu'il a dit à son égard. (Genèse 18:17-19)

Toute l’histoire d’Abraham nous fait considérer un homme juste, non un homme parfait ! Un homme qui n’est pas sans faiblesse, car s’il était parfait pourrait-il nous être un modèle ? Mais un homme droit ! Droit devant le Seigneur Dieu. Ainsi qu’il est exprimé au Livre des Psaumes :

Continue ta bonté à ceux qui te connaissent, et ta justice à ceux qui sont droits de cœur. (Psaume 36:10)


Les circonstances dans lesquelles cette parole fut prononcée

Abraham invite trois hommes qui passent près de sa tente… Du moins pense-t-il qu’il s’agit d’un groupe de voyageurs… Mais pour nous qui lisons, le ton est donné ! Le Seigneur Dieu est bien là…

Et l’Éternel lui apparut auprès des chênes de Mamré ; et il était assis à l’entrée de la tente, pendant la chaleur du jour. Et il leva les yeux et regarda ; et voici, trois hommes se tenaient près de lui … (Genèse 18:1-2)

L’hospitalité, voici ce qu’anime l’homme de Dieu (Hébreux 13:2). Nous lisons alors l’empressement à servir ces voyageurs. A un moment, ceux-ci prennent la parole pour demander ou est Sara, la femme d’Abraham. Et l’un d’entre eux annonce que la promesse faite à Abraham, une descendance, la base d’une grande nation (Genèse 12:1-3), est près de s’accomplir (Genèse 18:1-2). Et c’est en ayant parlé de cette descendance, un enfant qui naîtra de Sara, que la parole "Cacherai-je à Abraham..." nous est dévoilée, une réflexion que le Seigneur Dieu se fait à lui-même ! Et pourquoi Dieu dit-il cela ?
 
Parce Dieu sait à qui Il a affaire ! Dieu voit la vie d’Abraham… "Je sais qu'il commandera à ses fils et à sa maison après lui de garder la voie du Seigneur, pour pratiquer ce qui est juste et droit." Une attitude de vie que le prophète Michée résumera en une courte phrase :

Il t'a déclaré, ô homme, ce qui est bon. Et qu'est-ce que l'Éternel recherche de ta part, sinon que tu fasses ce qui est droit, que tu aimes la bonté, et que tu marches humblement avec ton Dieu ? (Michée 6:8)

Et vient alors l’évocation du jugement qui doit fondre sur Sodome et Gomorrhe ! Les "hommes" se rendent alors vers ces villes, mais l’un s’attarde auprès d’Abraham… En fait ce sont deux anges qui vont vers Sodome (Genèse 19:1), tandis que c’est devant le Seigneur Dieu qu’Abraham se trouve… Et il prend acte de l’annonce du jugement imminent de Sodome et Gomorrhe…

Et les hommes se détournèrent de là, et ils allaient vers Sodome ; et Abraham se tenait encore devant l'Éternel. Et Abraham s'approcha, et dit : Feras-tu périr le juste avec le méchant ? (Genèse 18:22-23)

Et la question se précise alors. Abraham poursuit :

Peut-être y a-t-il cinquante justes dans la ville ; la détruiras-tu, et ne pardonneras-tu pas à la ville à cause des cinquante justes qui seront en elle ? Loin de toi d'agir de cette manière, de faire mourir le juste avec le méchant, et qu'il en soit du juste comme du méchant ! Loin de toi ! Le juge de toute la terre ne fera-t-il pas ce qui est juste ? (Genèse 18:24-25)

Que pouvons-nous dire en lisant cette question ? Et même plus qu’une question, lorsque nous lisons "Loin de toi ! Le juge de toute la terre ne fera-t-il pas ce qui est juste ?". Abraham connaît le Seigneur Dieu, l’Unique. Il sait que Dieu est juste ! Alors, comment comprendre le jugement qui pourrait atteindre quelques justes en même temps que les méchants ? C’est là une perspective qu’il ne pourrait comprendre, tant sa confiance en la justice de Dieu est forte ! A méditer !
 
Le caractère inéluctable du jugement est reconnu d’Abraham ! Mais le juste ? Tout d’abord nous pouvons lire que cette ville corrompue pourrait même, aux yeux d’Abraham, être habitée de quelques dizaines de justes… Abraham n’est pas "hors de Sodome" pour déclarer tous ses habitants méchants, et lui "seul juste" ! Ce n’est pas son état d’esprit, ou plutôt, ce n’est pas l’état d’esprit du sage qui nous donne le récit. Ensuite, Abraham sait Dieu tellement "juste" qu’il ne peut imaginer que des justes puissent partager le sort des méchants…
 
Suit alors ce qui est tout autre chose qu’un marchandage (des commentateurs parlent ici de marchandage, attestant ainsi leur ignorance, et profanant le texte que nous lisons !). Tout est ici centré sur cette foi fondamentale d’Abraham : "Le Juge de toute le terre fera ce qui est juste !"
 
Ainsi vient cette cascade de questions : Et si il y a quarante-cinq justes ? Ou bien quarante ? Et si il s’en trouve trente ? Ou encore vingt ? Et peut-être s'y en trouvera-t-il dix ?

[L’Éternel] dit : Je ne la détruirai pas, à cause des dix. Et l'Éternel s'en alla quand il eut achevé de parler à Abraham ; et Abraham s'en retourna en son lieu. (Genèse 18:32-33)

Nous savons ce qui s’est passé par la suite. La réception désastreuse des deux anges à Sodome, et leur accueil dans la maison de Lot, le neveu d’Abraham qui avait choisi d’habiter dans cette ville, au milieu de plaines fertiles (Genèse 13.10-11). Certes, Lot n’a pas eu un comportement d’une grande élévation morale, mais néanmoins c’était un homme qui "craignait Dieu" ! Et lui, le seul juste de la ville, fut mis à l’abri avec ses deux filles non mariées. Pierre, l’apôtre, écrira : "Il a délivré le juste Lot, accablé par la conduite débauchée de ces hommes pervers" (2 Pierre 2:7),
 
Quel enseignement pouvons-nous tirer de ce récit ?

En Abraham, nous voyons :
 
•  sa connaissance de Dieu (Genèse 18:25), le Dieu juste

Marcher d'une manière digne du Seigneur pour lui plaire à tous égards, portant du fruit en toute bonne œuvre, et croissant par la connaissance de Dieu  (Colossiens 1:10)
•  sa vie pratique marquée par l’hospitalité,

Ayant une conduite honnête parmi les nations, afin que, quant aux choses dans lesquelles ils médisent de vous comme de gens qui font le mal, ils glorifient Dieu au jour de la visitation, à cause de vos bonnes œuvres qu'ils observent. (1 Pierre 2:12)
•  la conscience de la promesse qui lui est faite (Genèse 12:2),
   et le modèle de la foi en Dieu dans l’homme…

Voyez de quel amour le Père nous a fait don, que nous soyons appelés enfants de Dieu ; c'est pourquoi le monde ne nous connaît pas, parce qu'il ne l'a pas connu. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté ; nous savons que quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est. (1 Jean 3:1-2)

Et sur le plan de la relation à Dieu :
 
•  L’Éternel fait connaître sa pensée à Abraham.

Nous avons la rédemption par son sang, la rémission des fautes selon les richesses de sa grâce : laquelle il a fait abonder envers nous en toute sagesse et intelligence, nous ayant fait connaître le mystère de sa volonté selon son bon plaisir… (Éphésiens 1:7-9)
•  Abraham a au cœur de transmettre la connaissance de Dieu à sa descendance (Genèse 18:19).

A chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ. […] et lui, a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs ; en vue du perfectionnement des saints, pour l'œuvre du service, pour l'édification du corps de Christ ; jusqu'à ce que nous parvenions tous à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature de la plénitude du Christ. (Éphésiens 4:7,11-13)


Et que dire, en conclusion ?

Nous lisons ici que chacun est concerné personnellement, et que ces "dons" (Psaume 68:18) sont destinés les uns à l’édification des chrétiens, les autres à l’annonce de la parole dans le monde.
 
Et nous pouvons méditer cette parole de l'Évangile :

Vous êtes le sel de la terre ; mais si le sel a perdu sa saveur, avec quoi sera-t-il salé ? Il n'est plus bon à rien qu'à être jeté dehors et à être foulé aux pieds par les hommes. Vous êtes la lumière du monde : une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Aussi n'allume-t-on pas une lampe pour la mettre ensuite sous le boisseau, mais sur le pied de lampe ; et elle luit pour tous ceux qui sont dans la maison. Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, en sorte qu'ils voient vos bonnes œuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. (Matthieu 5:13-16)

 


 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

16:00 Publié dans Livre de la Genèse | Eric

Qu'est-ce que Dieu attend...

Qu’est-ce que Dieu attend
de l’homme ?

 

Déclarations de croyance en Dieu, professions de foi, actes de dévotion, … Qu’en dit l’Ecriture, voilà bien une question à sonder ! Mais qu’est-ce que Dieu en dit lui-même ? Un prophète qui parla au 8ème siècle avant notre ère a exprimé une parole très profonde :

Il t’a fait connaître, ô humain, ce qui est bon ; et qu’est-ce que le Seigneur réclame de toi, si ce n’est que tu agisses selon l’équité, que tu aimes la fidélité, et que tu marches modestement ave ton Dieu ? (Michée 6:6-8)

Un résumé absolument remarquable ! Dans le livre de Samuel, il s’agit en une certaine circonstance d’opérer le choix d’un Roi sur Israël. Et des hommes sont présentés, leurs qualités mise en avant.. Et le prophète ne discerne pas en eux le roi qui répond au choix de Dieu… Et il dit à celui qui présente successivement chacun de ses fils en tant que roi potentiel :

Il ne s’agit pas de ce que l’homme voit ; l’homme voit ce qui frappe les yeux, mais le Seigneur voit au cœur. (1 Samuel 16:7)

Les paroles prononcées par Jésus, et celles des disciples après Lui vont absolument dans le même sens ! La vie pratique, celle de tous les jours, exprime la marche de la foi, l’adhérence au plan de Dieu pour l’homme, selon l’expression du prophète Habacuc :

Le juste vit en son « adhésion » (sa foi, sa fidélité à Dieu) (Habacuc 2:4)

Que disent les apôtres de Jésus ? Jean, Jaques, Pierre, Paul s’expriment ainsi :

Si vous savez qu'il est juste, sachez que quiconque fait la justice est né de lui…. Bien-aimés, maintenant nous sommes enfants de Dieu… Quiconque demeure en lui ne pèche pas ; quiconque pèche ne le connaît pas, il ne l'a jamais vu. Celui qui fait la justice est juste, comme lui est juste. (1 Jean 2:29-3:7)

Mettez la Parole en pratique ; ne vous contentez pas de l’écouter, en vous abusant vous-mêmes … Celui qui a plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui y demeure, non pas en écoutant pour oublier, mais en mettant en pratique et faisant œuvre, celui là sera heureux dans sa pratique même. (Jacques 1:23)

Ayez une belle conduite parmi les gens des nations, pour qui, sur le point même où ils vous accusent de faire le mal, ils voient vos belles œuvres et glorifient Dieu… (1 Pierre 2:12)

Ne devez rien à personne, si ce n'est de vous aimer les uns les autres; car celui qui aime l'autre a accompli la loi… L'amour ne fait pas de mal au prochain : l'amour est donc l'accomplissement de la loi. (Romains 14:8-10)

Et pour clôturer, un point important à souligner est la responsabilité personnelle ! Pas question de s’assimiler à un groupe, partager une responsabilité collective ou un déni de responsabilité…. Car…:

Chacun de nous rendra compte pour lui-même à Dieu. (Romains 14:12)

Des paroles pour nous encourager, réfléchir à notre vie, goûter ce qu’est être considéré comme des enfants bien-aimés par le Créateur de notre monde, par Celui qui a créé l’homme dans un certain but, avec un objectif qu’il nous révèle… Et adhérer personnellement à ce plan de Dieu !

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Publié dans Le Plan Divin | Eric

Le message que nous vous annonçons...


 

Le message que nous vous annonçons...
 
Le message que nous avons entendu de lui et que nous vous annonçons,
c'est que Dieu est lumière, et qu'il n'y a pas en lui de ténèbres.   
1 Jean 1.5-7

 
Et c’est ici le message…

Ce qui suit est essentiel, fondamental et comme unique !  Non pas "un" message, mais "le" message.  Reprenant l’expression du prologue, l’apôtre déclare ici de quoi il s’agit, l’élément essentiel du message de Christ, à savoir que Dieu est lumière, et que cette lumière a paru en Jésus pour nous tirer des ténèbres, nous conduire à la lumière, nous faire vivre dans la lumière…  Nous retrouvons ici le prologue de l’Évangile. 
 
Ce message ne signifie pas que le lumière soit le privilège des seuls hommes d’après Jésus-Christ !   La première page de la Bible exprime déjà cette grande vérité Dieu dit :

Qu’il y ait de la lumière !  Et il y eut de la lumière…  premier jour.   (Gen.1.4-5)

La révélation de Dieu remonte aux commencements ; et ce qui était attendu dès ces temps reculés est accompli avec la venue de Jésus-Christ sur la terre.  Dieu est lumière    Partant de cet absolu, l’épître conduit son lecteur à s’interroger sur la vie pratique de ceux qui se réclament de Dieu. 
 
C’est déjà l’enseignement du Seigneur, tandis que nous lisons :

Jésus leur dit encore : C'est moi qui suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera jamais dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.  (Jean 8.12)

Ce passage de l’Évangile établit bien que suivre Jésus, c’est aussi vivre dans la lumière, ne pas marcher dans le lumière c’est "ne pas suivre Jésus". 
 
La pratique établit la réalité de la marche avec Dieu, comme les œuvres de foi attestent de la foi…  Ici, nous trouvons un fort parallélisme entre l’épître de Jean et celle de Jacques.

Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons et nous ne faisons pas la vérité.  (1 Jean 1:6)

Marcher dans la lumière est certes être éclairé par la lumière de Dieu, mais aussi être vrai dans ce que nous faisons et disons, exclure toute dissimulation, tout mensonge que ce soit de parole ou de situation…  La lumière n’est pas un concept absolument métaphysique !  
 
La "marche dans la lumière" est du domaine de la vie pratique :

Et voici le jugement: la lumière est venue dans le monde, et les humains ont aimé les ténèbres plus que la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. Car quiconque pratique le mal déteste la lumière; celui-là ne vient pas à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient dévoilées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu'il soit manifeste que ses oeuvres ont été accomplies en Dieu. (Jean 3.19-21)

Il s’agit de vie pratique, de marche dans la vérité, non pas seulement La Vérité, mais ce qui est vrai dans la marche pratique, dans les choses dites, etc. 

Mais si nous marchons dans la lumière, comme lui-même est dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché. (1 Jean 1.7)

Marcher dans la lumière

Le moteur de la marche est, pourrions-nous dire, la Lumière qui vient du ciel, qui éclaire…  C’est une marche avec Dieu, dans la conscience de sa grandeur et de sa miséricorde.  Et cela s’assortit à l’évidence d’une marche d’homme debout, vrai, franc…  Ayant rejeté tout ce qui est des ténèbres, les choses que l’on cache, mais marchant dans la vérité. 

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

09:00 Publié dans La vie avec Dieu | Eric

28/07/2010

Le projet de Dieu, exposé aux Ephésiens

Le projet de Dieu
 
L'apôtre Paul écrit aux chrétiens d’Ephèse

 
C'était en l’an 62 ou 63, une bonne trentaine d’années après la résurrection du Seigneur... Paul était à Rome, retenu en résidence surveillée après deux ans de prison à Césarée, en Palestine. Il avait requis l’intervention du tribunal de César, à Rome ! (Actes 25:11, Actes 28:16) Privé de liberté, attendant son jugement, Paul n’est pas un homme désespéré, ni inactif après ses grands voyages missionnaires… Il jouit de l’attention des chrétiens de Rome, il parle aux Juifs qui le visitent, il écrit aux chrétiens qu’il connaît, notamment à ceux de Grèce et d’Asie Mineure : à ceux de Philippe, à ceux de Colosses ainsi qu’à Philémon, pour une raison particulière, et encore à ceux d’Ephèse…
 
Ayant passé trois ans à Ephèse, les années 55 à 57, Paul parla encore à des croyants d’Ephèse en l’an 59, tandis que, venant de Grèce, il les avait appelé à Milet, le port de mer où il devait s’embarquer pour Jérusalem (Actes 20).
 
Au bord de la mer, il évoque ce qu’ils avaient vécu ensemble pendant les trois années de son séjour, et les exhorte :

Prenez donc garde à vous-mêmes et à tout le troupeau… Je vous ai annoncé sans réserve tout ce que Dieu a décidé. (Actes 20:28)

Mais doit aussi pour les mettre en garde, car il y avait un danger… :

Je sais bien, moi, qu'après mon départ s'introduiront parmi vous des loups féroces qui n'épargneront pas le troupeau, et que d'entre vous-mêmes se lèveront des hommes qui diront des choses perverses pour entraîner les disciples à leur suite. (Actes 20:29-30)

A Rome, Paul ne peut rendre visite aux assemblées, il est privé de liberté. Alors il écrit des lettres, notamment celle aux Ephésiens. Tychique, un frère bien-aimé, est chargé de la missive… Et cette lettre leur rappelle l’enseignement prodigué au cours des années.
 
Une explosion de louange au Dieu si bon qu’il connaît et qu’il fait connaître.

Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus- Christ, qui nous a bénis de toute bénédiction spi rituelle dans les lieux célestes, dans le Christ. En lui, il nous a choisis avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et sans défaut devant lui. Dans son amour ,il nous a destinés d'avance, par Jésus-Christ, à l'adoption filiale, pour lui, selon sa volonté bienveillante, afin de célébrer la gloire de sa grâce, dont il nous a comblés en son bien- aimé.
 
En lui, nous avons la rédemption par son sang, le pardon des fautes selon la richesse de sa grâce, qu'il nous a octroyée abondamment, en toute sagesse et intelligence. Il nous a fait connaître le mystère de sa volonté, le projet bienveillant qu'il s'était proposé en lui, pour le réaliser quand les temps seraient accomplis : rassembler tout dans le Christ, ce qui est dans les cieux comme ce qui est sur la terre. (Ephésiens 1:3-10)

Nous apprenons là la volonté de Dieu : rassembler des hommes, les adopter comme fils, déclarer son pardon et leur faire connaître son propre plan ! La création, les hommes, leur liberté devant Lui… Tout cela conduit à établir pour Dieu, par Jésus, une famille unie à Jésus-Christ pour l’éternité !

Dieu est riche de compassion et, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts du fait de nos fautes, il nous a rendus vivants avec le Christ – c'est par grâce que vous êtes sauvés. […] C'est par la grâce, en effet, que vous êtes sauvés au moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. (Ephésiens 2.4-5,8)

Et comment ce résultat sera-t-il obtenu pour l’homme ? Par la grâce… tant pour l’homme Juif que pour le non-Juif ! Et il invite les chrétiens à grandir dans la foi.

Je fléchis les genoux devant le Père, de qui toute famille dans les cieux et sur la terre tient son nom, afin qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être rendus forts et puissants par son Esprit, au profit de l’homme intérieur ; que le Christ habite dans votre cœur par la foi et que vous soyez enracinés et fondés dans l’amour, pour être capables de comprendre, avec tous les saints, quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et de connaître l’amour du Christ qui surpasse la connaissance, de sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu. (Ephésiens 3.14-19)

Il exhorte les chrétiens, les foyers, les enfants, les patrons, les esclaves… Pour clôturer ces exhortations, il parle du combat à mener, et déclare les armes dont ils doivent se revêtir, non des armes de fer et de feu, non des armes de dialectique, non des batteries de philosophie, mais…

Revêtez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir bon devant les manœuvres du diable. En effet, ce n'est pas contre le sang et la chair que nous luttons […] Prenez donc toutes les armes de Dieu, afin que vous puissiez résister dans le jour mauvais et, après avoir tout mis en oeuvre, tenir bon. Oui, tenez bon : ceignez vos reins de vérité et revêtez la cuirasse de la justice ; mettez pour chaussures à vos pieds les bonnes dispositions que donne la bonne nouvelle de la paix ; prenez, en toutes circonstances, le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du Mauvais ; prenez aussi le casque du salut et l'épée de l'Esprit, qui est la parole de Dieu. Priez en tout temps par l'Esprit, avec toutes sortes de prières et de supplications. Pour ce faire, restez éveillés… (Ephésiens 6.11-18)

Pour ce faire, restez éveillés !
 
C’est sur ces mots que nous nous arrêtons, quelques lignes avant la fin de l’épître – suite qu’il faut lire, car le souhait de l’apôtre pour les croyants y est souligné. Ne pas s’endormir, car : Un peu de sommeil, un peu d'assoupissement, un peu croiser les mains pour dormir et ta pauvreté viendra… (Proverbes 6:10-11)
 
Après l’écriture de cette lettre aux Ephésiens, Paul écrit encore à Timothée, demeurant alors à Ephèse :

Sois le modèle des fidèles, en parole, en conduite, en amour, en foi, en pureté. Jusqu'à ce que je vienne, attache-toi à la lecture, à l'exhortation, à l'enseignement. … Sois attentif à toi-même et à l'enseignement ; persévère dans ces choses… (1 Timothée 4:12-13,16)

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

16:23 Publié dans Le Plan Divin | Eric

27/07/2010

Le retour du Seigneur

Le retour du Seigneur
 
Je reviendrai, et je vous prendrai auprès de moi ;
afin que là où moi je suis, vous, vous soyez aussi.
Jean 14:3

 
Beaucoup de choses ont été dites touchant l’avenir de ce monde, et plusieurs de ces idées trouvent leur origine dans la Bible. Elle parle
 
  • du règne du Messie, d’un royaume ayant son centre à Jérusalem et couvrant la monde entier, noud le lisons dans les livres des prophèteset dans l’Apocalypse,
  • de jugements, comme nous le trouvons dans les livres des prophètes et les Evangiles,
  • d’un « jugement dernier », dans l’Apocalypse
  • de la destruction de ce monde et de l’établissement d’un nouveau ciel et d’une nouvelle terre, ceci nous le voyons dans l’épître de Pierre et l’Apocalypse.
  • mais aussi du Retour de Jésus ! Dans l’Evangile de Jean, dans les épîtres de Paul…
Comment ces « annonces » de la Bible sont elles compatibles, comment ces prophéties si différentes seront-elles accomplies ?
 
Dans cette fiche, nous nous plaçons dans la position des premiers chrétiens ! Ils attendaient de fait le premier de ces événements à venir : ils attendaient la Venue de Jésus… Les encouragements qui leurs sont prodigués sont soulignés par l’annonce de sa venue… C‘est de cela que nous nous occupons ici, en sachant que « La Parole de Dieu » s’accomplira complètement, mais chaque chose en son propre temps…
 
Avant la Croix, le Seigneur dit à ses disciples :

Que votre cœur ne soit pas troublé ; vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, il y a plusieurs demeures ; s'il en était autrement, je vous l'eusse dit, car je vais vous préparer une place. Et si je m'en vais et que je vous prépare une place, je reviendrai, et je vous prendrai auprès de moi ; afin que là où moi je suis, vous, vous soyez aussi. (Jean 14:1-3)

Et les chrétiens sont tenus dans cette attente du retour de Jésus, ainsi lisons-nous :

Car eux-mêmes racontent de nous quelle entrée nous avons eue auprès de vous, et comment vous vous êtes tournés des idoles vers Dieu, pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux son Fils qu'il a ressuscité d'entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient. (1 Thessal.1:9-10)

Ils sont assurés même que des chrétiens seront sur la terre, attendant le Seigneur Jésus qui les prendra, ainsi que ceux qui sont « endormis dans le Seigneur » (décédés) afin d’être emportés dans le ciel :

Car nous vous disons ceci par la parole du Seigneur : que nous, les vivants, qui demeurons jusqu'à la venue du Seigneur, nous ne devancerons aucunement ceux qui se sont endormis. Car le Seigneur lui-même, avec un cri de commandement, avec une voix d'archange, et avec la trompette de Dieu, descendra du ciel ; et les morts en Christ ressusciteront premièrement ; puis nous, les vivants qui demeurons, nous serons ravis ensemble avec eux dans les nuées à la rencontre du Seigneur, en l'air ; et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. (1 Thessal.4:15-17)

Ceci nous parle d’une entrée dans la présence de Dieu, le ciel, et non d’une réforme de ce monde… Ceci est souligné encore dans une autre épître :

Voici, je vous dis un mystère : Nous ne nous endormirons pas tous, mais nous serons tous changés : en un instant, en un clin d'œil, à la dernière trompette, car la trompette sonnera et les morts seront ressuscités incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corruptible revête l'incorruptibilité, et que ce mortel revête l'immortalité. (1 Corinth.15:51-53)

Et l’apôtre Jean conclut :

Voyez de quel amour le Père nous a fait don, que nous soyons appelés enfants de Dieu ; c'est pourquoi le monde ne nous connaît pas, parce qu'il ne l'a pas connu. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté ; nous savons que quand il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est. (1 Jean 3:1-2)

Comment comprendre cette promesse de Jésus-Christ ? Que veulent précisément dire ces passage écrits par des chrétiens du premier siècle ? Ne manquez pas de réagir, ou de prolonger la réflexion en abordant une Aide de lecture plus développée, conduisant à lecture d'autres passages du Nouveau Testament:

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

17:34 Publié dans Jésus Christ | Eric

Réconcilié avec Dieu

Réconcilié avec Dieu !
 
Mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie ;
il était perdu, et il est retrouvé.
Luc 15:24

 
 
UN FLOT DE QUESTIONS


  •  Pourquoi la Création ?
  •  Pourquoi l’homme est-il sur la terre ?
  •  Dieu est-il « pour » ou « contre l’homme  qu’Il a créé ?
  •  La vie s’arrête-t-elle avec la mort ?
  •  Quel est mon avenir au delà de ma vie sur terre ?
  •  ...
 
Toutes ces questions trouvent une réponse dans la Bible ! L’Evangile nous parle d’une réconciliation « possible », d’un chemin pour l’homme tel qu’il puisse être accueilli par Dieu, devenir « enfant de Dieu » …

1° L’homme, placé à distance, sur le terrain de sa responsabilité

Les sages, transmettant la pensée de Dieu, ont décrit cette réalité dans une superbe parabole que chacun connaît. L’être humain s’est attaché à ce qui l’éloignait de Dieu, étant tenté de se mettre au rang de Dieu (comparer Genèse 3:6 et 1 Jean 2:15-16) et s’est ainsi éloigné de son Créateur

Et l'Éternel Dieu le mit hors du jardin d'Éden, pour labourer le sol, d'où il avait été pris : il chassa l'homme, et plaça à l'orient du jardin d'Éden les chérubins et la lame de l'épée qui tournait çà et là, pour garder le chemin de l'arbre de vie. (Genèse 3:23-24)

La loi donnée à Israël, le peuple choisi pour être le témoin du Dieu unique au milieu des peuples idolâtres, indique cette impossibilité de s’approcher de Dieu, par un signe sensible : l’interdit de pénétrer dans le Lieu très saint du Temple, représentation de la présence de Dieu. Voir Exode 30.10, Lévitique 16.34 et le commentaire donné dans l’épître aux Hébreux.

Or ces choses étant ainsi disposées, les sacrificateurs entrent constamment dans le premier tabernacle, accomplissant le service ; mais, dans le second, le seul souverain sacrificateur, une fois l'an, non sans du sang qu'il offre pour lui-même et pour les fautes du peuple… (Hébreux 9:6-7)

2° Un chemin nouveau pour entrer dans la présence de Dieu

L’épître aux Hébreux se poursuit par la présentation d’un chemin qui donne accès à Dieu !

Ayant donc, frères, une pleine liberté pour entrer dans les lieux saints par le sang de Jésus, par le chemin nouveau et vivant qu'il nous a consacré à travers le voile, c'est-à-dire sa chair, et ayant un grand sacrificateur établi sur la maison de Dieu… (Hébreux 10:19-21)

En effet, le « voile » qui fermait l’accès au « lieu très sains », symbole de la présence de Dieu, a été déchiré, comme l’expriment les évangiles :

Et Jésus, ayant encore crié d'une forte voix, rendit l'esprit. Et voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas ; et la terre trembla, et les rochers se fendirent… (Matthieu 27:50-51)

3° Cet accès à la présence de Dieu n’est autre que
     l’affirmation de la réconciliation

Les apôtres soulignent cette part heureuse de ceux qui croient :

Car si, étant ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, beaucoup plutôt, ayant été réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. Et non seulement cela, mais aussi nous nous glorifions en Dieu par notre seigneur Jésus Christ, par lequel nous avons maintenant reçu la réconciliation. (Romains 5:10-11)

Et vous qui étiez autrefois étrangers et ennemis quant à votre entendement, dans les mauvaises œuvres, il vous a toutefois maintenant réconciliés dans le corps de sa chair, par la mort, pour vous présenter saints et irréprochables et irrépréhensibles devant lui… (Colossiens 1:21-22)

4° Et le croyant connaît alors qu’il était attendu, "espéré" par Dieu…

Lisons la parabole du « fils prodigue »

Et le fils lui dit : Père, j'ai péché contre le ciel et devant toi ; je ne suis plus digne d'être appelé ton fils. Mais le père dit à ses esclaves : Apportez dehors la plus belle robe, et l'en revêtez ; et mettez un anneau à sa main et des sandales à ses pieds ; et amenez le veau gras et tuez-le ; et mangeons et faisons bonne chère ; car mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé. Et ils se mirent à faire bonne chère. (Luc 15:21-24)

L’anneau, signe d’alliance ; la robe nouvelle, signe de pureté… Le fils prodigue, l’humain éloigné du paradis de Dieu – de la présence de Dieu – se trouve alors dans sa maison, est reçu comme fils, est entouré des soins d’un amour qui n’avait jamais été interrompu – de la part de Dieu envers l’humanité – mais qu’il ne connaissait pas et qu’il trouve alors dès son « retour »

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Publié dans Entrer dans la vie | Eric

26/07/2010

L'Agneau de Dieu

L’Agneau de Dieu
 
Voilà l'Agneau de Dieu
qui ôte le péché du monde !
Jean 1:29

 
Dès les premières pages de la Bible, il est question de l'Agneau de Dieu, et au moment voulu de Dieu, le Seigneur Jésus, l'Agneau de Dieu a été manifesté sur la terre… Dans l’histoire de Caïn, une parabole qui nous enseigne la pensée de Dieu touchant l’homme, Dieu dit à Caïn, coupable de la mort de son frère Abel : Le sacrifice pour le péché est « couché à la porte » (Genèse 4:7) Il est là, il t’est présenté afin que tu trouves mon pardon – si tu le veux ! Plus loin, nous voyons Abraham, montant vers la montagne où Dieu demandé qu’il lui donne son fils Isaac. Et que dit Abraham :

Et Isaac parla à Abraham, son père, et dit : Mon père ! Et il dit : Me voici, mon fils. Et il dit : Voici le feu et le bois ; mais où est l'agneau pour l'holocauste ? Et Abraham dit : Mon fils, Dieu se pourvoira de l'agneau pour l'holocauste. (Genèse 22:7-8)

Quoique l’on pense, c’est ici une réalité extraordinaire, écrite il y a bien des siècles, bien avant que Jésus ne soit sacrifié à la Croix du Calvaire ! Comment un sage a-t-il écrit ces paroles ? Comment Abraham a-t-il eu cette conviction en lui-même ? C’est bien à des paroles comme celle-là que nous discernons que la Bible nous fait connaître la Parole de Dieu ! Les siècles se passent, et voilà qu’un jour un homme, Jean le Baptiseur…

… voit Jésus venant à lui, et il dit : Voilà l'Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde ! (Jean 1:29)

L'Agneau de Dieu ! Que signifie ce nom donné au Seigneur Jésus ? Ce nom évoque le sacrifice, ce sacrifice offert pour que nous sachions que Dieu est juste, et qu’il ne peut nous voir dignes de sa présence alors que nous ne le sommes pas ! Il y a une dette envers Lui… Et elle a été payée ! Le prix de notre rédemption, c’est le don de Jésus, le sacrifice de Lui-même. Ainsi nous lisons encore :

Vous avez été rachetés de votre vaine conduite ... par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache, ... (Hébreux 9:18-19)

... le Bien-aimé (Jésus Christ) ; en qui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des fautes selon les richesses de sa grâce. (Ephésiens 1:7)

Le sang de Jésus Christ son Fils nous purifie de tout péché.    (1 Jean 1:7)

Vos péchés vous sont pardonnés par son Nom.    (1 Jean 2:12)

Et ainsi, l’homme est déclaré « juste », car la dette a été apurée…

... étant justifiés déclarés justes gratuitement par sa grâce, par la rédemption qui est dans le christ Jésus, lequel Dieu a présenté pour propitiatoire, par la foi en son sang ... en sorte qu'il soit juste et justifiant (c'est-à-dire : déclarant juste) celui qui est de la foi de Jésus.    (Romains 3:24-26)

... nous qui croyons en celui qui a ressuscité d'entre les morts Jésus notre Seigneur, lequel a été livré pour nos fautes et a été ressuscité pour notre justification.    (Romains 4:24-25)

Il faut impérativement s’arrêter à ces points essentiels, car on a parlé de beaucoup de choses, inventé bien des histoires depuis que l’Evangile a été annoncé, apporté bien des conditions pour « aller au ciel » et bien des « moyens de paiement » … non pas une carte bancaire ou quelque argent, mais des « indulgences »… Où les trouvons-nous dans l’Ecriture ? Que dit l’Evangile ?
 
Y a-t-il un travail à accomplir, un temps de souffrance, à endurer moi-même en plus des souffrances de Christ pour l'expiation ? Autrement dit, son sacrifice n'est-il pas suffisant ?
 
Le sacrifice de Christ, lequel a enduré sur la croix le juste jugement de Dieu contre le péché, permet-il à Dieu d'introduire avec justice les rachetés dans le ciel ?
Au lecteur de s’enquérir, éventuellement réfléchir à des idées reçues, et lire la Parole de Dieu, et plus précisément les Evangiles.

 

Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

12:00 Publié dans Jésus Christ | Eric

25/07/2010

Les chérubins fermaient l'accès...


 

Les chérubins fermaient l'accès...
 
L'Éternel chassa l’homme,
et plaça à l’orient du jardin d’Eden les chérubins...
pour garder le chemin de l’arbre de vie.
Genèse 3:24

 
 
LE RECIT DES ORIGINES

C’est en un récit bien ancien que nous trouvons les bases du plan de Dieu. Le commencement de la Genèse nous indique le but ultime de Dieu, à savoir faire briller sa lumière afin que l’homme soit éveillé à la grâce et introduit dans le « repos de Dieu », cette éternité bienheureuse ou tout sera paix et bonheur. Le second récit fait état des voies, du chemin pris pour que l’homme soit conscient de la grâce, de l’amour de Dieu.
 
Ces récits des premiers chapitres de la Genèse puisent leur source dans la culture des peuples de Mésopotamie bien avant que l’on ne parle de Babylone, d’Assur ou de Ninive ; des sages y ont puisé les bases pour réécrire ces récits afin de faire apparaître sous ces formes allégoriques la réalité du plan divin qui leur fut révélé. On a recherché la localisation de l’Arche de Noé, on a supputé le lieu d’un antique « Jardin d’Eden »… Et l’on peut même trouver des indices qui localiseraient ce lieu au-delà de l’embouchure du Tigre et de l’Euphrate… Mais les antiques récits populaires sont réécrits dans la Genèse pour indiquer la réalité de la situation de l’homme devant Dieu… – Comme Paul, en un autre temps, voyant un autel dédié « au dieu inconnu », se saisit de cette opportunité pour dire aux Athéniens qui est ce Dieu qu’ils ne connaissaient pas (Actes 17:23), et affirmer tout aussitôt que Dieu n’est pas au rang de leurs idoles – Dans le récit de la Genèse, ce qui est à retenir est la leçon concernant le plan de Dieu, discernée dans cette réécriture du récit populaire !

Ce sont ici les générations des cieux et de la terre lorsqu’ils furent créés, au jour que l’Éternel Dieu fit la terre et les cieux, et tout arbuste des champs avant qu’il fût sur la terre, et toute herbe des champs avant qu’elle crût ; car l’Éternel Dieu n’avait pas fait pleuvoir sur la terre, et il n’y avait pas d’homme pour travailler le sol ; mais une vapeur montait de la terre et arrosait toute la surface du sol. Et l’Éternel Dieu forma l’homme, poussière du sol, et souffla dans ses narines une respiration de vie, et l’homme devint une âme vivante. Et l’Éternel Dieu planta un jardin en Éden, du côté de l’orient, et il y plaça l’homme qu’il avait formé. […]
 
Et l’Éternel Dieu le mit hors du jardin d’Éden, pour labourer le sol, d’où il avait été pris : il chassa l’homme, et plaça à l’orient du jardin d’Eden les chérubins et la lame de l’épée qui tournait çà et là, pour garder le chemin de l’arbre de vie.
Genèse 2:4-8 et 3:23-24

L’humanité s’est détournée de Dieu ! La connaissance du bien et du mal n’est pas suffisante à garder l’homme dans le chemin de Dieu, ainsi que le prophète le résume :

Il t'a déclaré, ô homme, ce qui est bon. Et qu'est-ce que l'Éternel recherche de ta part, sinon que tu fasses ce qui est droit, que tu aimes la bonté, et que tu marches humblement avec ton Dieu ?
Michée 6:8

Et ainsi il y a une barrière entre Dieu et l’homme ! Plus exactement nous devons dire que l’homme ne peut se présenter devant Dieu et vivre ! Pourrait-il vivre, injuste, devant Dieu ? L’homme appelé à entrer dans le repos de Dieu est impropre à y entrer, à moins que de pouvoir être déclaré « juste ».

A la lecture de ces lignes, nous pouvons nous poser quelques questions...

 
LA LOI DE MOISE

Les Livres de la Torah, le Pentateuque, précise la pensée de Dieu concernant l’humanité. Lors de l’établissement du Tabernacle du désert, cette situation devant Dieu fut précisée. Tandis qu’un modeste édifice de toile, le Tabernacle, attestait de l’attention de Dieu sur le peuple choisi comme « son témoin » sur la terre – soulignant ainsi pour nous l’attention de Dieu sur l’humanité qu’Il a créée – la construction de ce sanctuaire était telle que l’accès au Saint des Saints était interdite à l’homme. A nouveau il était question de chérubins, comme à l’entrée du Jardin d’Eden

Et tu dresseras le tabernacle selon son ordonnance qui t’a été montrée sur la montagne. Et tu feras un voile de bleu, et de pourpre, et d’écarlate, et de fin coton retors ; on le fera d’ouvrage d’art, avec des chérubins ; et tu le mettras sur quatre piliers de bois de sittim, plaqués d’or, et leurs crochets seront d’or ; ils seront sur quatre bases d’argent. Et tu mettras le voile au-dessous des agrafes, et tu mettras là, au dedans du voile, l’arche du témoignage ; et le voile fera séparation pour vous entre le lieu saint et le lieu très saint. Et tu mettras le propitiatoire sur l’arche du témoignage, dans le lieu très saint.
Exode 26:30-34

En ce lieu, nul accès, le voile brodé de chérubins est là pour le signifier. Ce n’est qu’une fois l’an, en la fête du Grand Pardon, Yom Kippour, que le Grand Prêtre entre en ce lieu en suivant un rite détaillé dans la Bible, au Livre du Lévitique (chapitre 16).

Et ceci sera pour vous un statut perpétuel : au septième mois, le dixième jour du mois, vous affligerez vos âmes, et vous ne ferez aucune œuvre, tant l’Israélite de naissance que l’étranger qui séjourne au milieu de vous ; car, en ce jour-là, il sera fait propitiation pour vous, afin de vous purifier : et vous serez purs de tous vos péchés devant l’Éternel. Ce sera pour vous un sabbat de repos, et vous affligerez vos âmes ; c’est un statut perpétuel.
Lévitique 16:29-31

Ce rite est rappelé dans l’épître aux Hébreux

Or ces choses étant ainsi disposées, les prêtres entrent constamment dans le premier tabernacle, accomplissant le service; mais, dans le second (le lieu très saint), seul le grand prêtre, une fois l’an, non sans du sang qu’il offre pour lui-même et pour les fautes du peuple…
Hébreux 9:6-7

Et pourquoi donc l’épître aux Hébreux rappelle-t-elle ce rite à des chrétiens d’entre les Juifs ? Pour montrer l’accomplissement que cette forme rituelle annonçait, à savoir l’œuvre accomplie pour le pardon des fautes.

Mais Christ étant venu, grand prêtre des biens à venir, par le tabernacle plus grand et plus parfait qui n’est pas fait de main, c’est-à-dire qui n’est pas de cette création, et non avec le sang de boucs et de veaux, mais avec son propre sang, est entré une fois pour toutes dans les lieux saints, ayant obtenu une rédemption éternelle.
Hébreux 9:11-12

 
LE VOILE EST DECHIRE, L’ACCES A DIEU EST OUVERT

Plaçons-nous en pensée devant la croix du Calvaire. Le ciel s’obscurcit, en plein midi il fait nuit tout à l’entour, soulignant la solitude morale du Christ en ces trois heures

Or il était environ la sixième heure ; et il y eut des ténèbres sur tout le pays jusqu'à la neuvième heure ; et le soleil fut obscurci, et le voile du temple se déchira par le milieu. Et Jésus, criant à haute voix, dit : Père ! entre tes mains je remets mon esprit. Et ayant dit cela, il expira.
Luc 23:44-46

Dès la fin des heures de ténèbres, celles de l’abandon de Jésus par Dieu lui-même, étant traité comme le péché devait l’être (Ésaïe 53:12, 1 Pierre 2:24), le voile qui fermait l’accès au “lieu très saint” est coupé, en son milieu, tel une porte verrouillée qui s’ouvre définitivement...
 
Christ, accomplissant ce qui est annoncé dans le rite décrit au Livre du Lévitique, est entré dans le ciel, comme homme, présentant son propre sang, la marque du don de sa propre vie, en sacrifice.

Car le Christ n’est pas entré dans des lieux saints faits de main, copies des vrais, mais dans le ciel même, afin de paraître maintenant pour nous devant la face de Dieu, — ni, non plus, afin de s’offrir lui-même plusieurs fois, ainsi que le souverain sacrificateur entre dans les lieux saints chaque année avec un sang autre que le sien (puisque dans ce cas il aurait fallu qu’il souffrît plusieurs fois depuis la fondation du monde) ; mais maintenant, en la consommation des siècles, il a été manifesté une fois pour l’abolition du péché par son sacrifice.
Hébreux 9:24-26

L’oeuvre de la rédemption est accomplie ! Le chemin autrefois fermé est ouvert, c’est pourquoi nous lisons encore dans cette même épître:

Ayant donc, frères, une pleine liberté pour entrer dans les lieux saints par le sang de Jésus, par le chemin nouveau et vivant qu’il nous a consacré à travers le voile, c’est-à-dire sa chair, et ayant un grand prêtre établi sur la maison de Dieu,  approchons-nous avec un cœur vrai, en pleine assurance de foi, ayant les cœurs par aspersion purifiés d’une mauvaise conscience et le corps lavé d’eau pure.
Hébreux 10:19-22

 
LE MESSAGE DE L'EVANGILE

Le message de l’Évangile n’est pas un avertissement annonçant la damnation faute de se convertir. Tel n’est pas le message des apôtres, des vrais disciples de Jésus... Heurter, menacer, promettre l'enfer... Trouverions-nous là une vraie raison pour se tourner vers Jésus ? Bien pauvre tout cela ! N'est-ce pas la pensée de l'homme de la parabole qui a reçu un seul talent et qui dit : "Maître, je te connaissais, que tu es un homme dur, moissonnant où tu n'as pas semé et recueillant où tu n'as pas répandu" (Matthieu 25:24). Le message du Christ est ainsi libellé :

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et moi je vous donnerai du repos"
Matthieu 11:28

Le message de Jésus répond à l'homme qui aspire à la paix et au bonheur, à celui qui sent ses limites et attend la bonté, à l'enfant qui s'éveille à la lumière et l'amour et reconnaît Dieu, le Dieu de miséricorde, le Dieu de bonté qui l'ouvre à un horizon de paix et de joie.

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

18:44 Publié dans Lectures transversales | Eric