21/07/2010

La Joie de Dieu


 

La joie de Dieu
 
Il fallait bien faire la fête est se réjouir,
car ton frère que voici était mort, et il a repris vie,
il était perdu, et il a été retrouvé ! 
Luc 15:32

 
Il faut toujours revenir à cette parabole que fit entendre un jour le Seigneur Jésus : la parabole du fils perdu et retrouvé ! Nous en connaissons l’histoire.
 
Un père avait deux fils, et le plus jeune demanda sa part des biens du père et s’en alla loin de lui. Sa fortune dissipée, il se souvient de son père, de la maison de son père… et de la paix qui demeure là, alors qu’il est complètement déprimé ! C’est sa faute dira-t-on ! Mais comment le père reçut-il ce fils « indigne » ?

Mais le père dit il ses serviteurs : « Apportez vite la plus belle robe et mettez-la-lui ; mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds. Amenez le veau engraisse et abattez-le. Mangeons, faisons la fête, car mon fils que voici était mort, et il a repris vie ; il était perdu, et il a été retrouvé ! » Et ils commencèrent il faire la fête. (Luc 15.22-24)

Et d’ajouter, pour son fils aîné qui ne partage pas ses sentiments de miséricorde :

… il fallait bien faire la fête est se réjouir, car ton frère que voici était mort, et il a repris vie, il était perdu, et il a été retrouvé !  (Luc 15:32)

Cette parabole est bien connue, le plus petit enfant, au catéchisme ou à l’école du dimanche, a appris cette belle histoire… Mais si c’est une histoire racontée aux enfants, elle parle à tout homme, et à celui aussi qui est mortifié par sa vie et plongé dans des sentiments de dépression profonde, ou même de culpabilité !
 
Nous pouvons nous demander : Qu’a donc fait le jeune homme de la parabole pour passer de la mort à la vie ? Force est de constater qu’il est rentré en soi-même et s’est mis en marche vers la maison de son père ! Comme le brigand repentant sur la croix – et là, ce n’est pas une parabole, mais un fait réel survenu au mont Golgotha !

Mais l'autre [brigand], répondant, le reprit, disant : Et tu ne crains pas Dieu, toi, car tu es sous le même jugement ? Et pour nous, nous y sommes justement ; car nous recevons ce que méritent les choses que nous avons commises : mais celui-ci n'a rien fait qui ne se dût faire. Et il disait à Jésus : Souviens-toi de moi, Seigneur, quand tu viendras dans ton royaume. Et Jésus lui dit : En vérité, je te dis : Aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis. (Luc 23:40-43)

Et nous pouvons lire bien des passages qui attestent de la joie de Dieu dans ses actes de miséricorde

Ainsi, je vous dis, il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent. (Luc 15:10)

Une joie qui a soutenu le Seigneur Jésus dans son œuvre de rédemption, à la croix :

Jésus… à cause de la joie qui était devant lui, a enduré la croix, ayant méprisé la honte, et est assis à la droite du trône de Dieu. (Hébreux 12:2)

L'homme de notre parabole est passé de la mort à la vie… Jésus ne disait-il pas de ceux qui croiraient en lui, les brebis de son troupeau :

Je suis venu afin qu'elles aient la vie, et qu'elles l'aient en abondance. (Jean 10:10)

Ainsi nous touchons au cœur du message du Christ : la bonne nouvelle de la miséricorde de Dieu. La Loi, les commandements, la vie pratique sont d’une extrême importance, Jacques le soulignera dans son épître. Et Paul rappelle que l’homme, tout homme, a sa propre responsabilité devant Dieu

Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère ? Ou aussi toi, pourquoi méprises-tu ton frère ? Car nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu ; car il est écrit : «Je suis vivant, dit le Seigneur, que tout genou se ploiera devant moi, et que toute langue confessera hautement Dieu». Ainsi donc, chacun de nous rendra compte pour lui-même à Dieu. (Romains 14:10-12)

C’est le côté de l’homme, mais il y a l’autre côté, celui de Dieu ! Lorsqu’un homme, en quelqu’état fut-il tombé, revient à lui, réalise ce qu’il en est de lui, comme le fils prodigue de la parabole, et se tourne vers Dieu, alors il découvre un océan de miséricorde… La joie du Père, une réelle fête dans le ciel, comme nous montre notamment l’épître aux Ephésiens, un regard sur l’éternité…

Mais Dieu est riche de compassion et, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts du fait de nos fautes, il nous a rendus vivants avec le Christ – c'est par grâce que vous êtes sauvés. Il nous a réveillés ensemble et fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, pour montrer dans les temps à venir la richesse surabondante de sa grâce par sa bonté envers nous en Jésus-Christ. (Ephésiens 2:4-7)

Ce message est révolutionnaire pour tout homme qui regarde à lui, se demande s'il est digne d'être reçu dans la présence divine, "aller au ciel" ...    Et pourtant les prophètes en ont parlé dans les siècles d'avant la venue du Seigneur Jésus sur la terre :

Vos péchés seraient comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige (Esaïe 1:18)

Il aura encore une fois compassion de nous, il mettra sous ses pieds nos iniquités ; et tu jetteras tous leurs péchés dans les profondeurs de la mer.  (Michée 7:19)

Ce sujet est à réfléchir, intensément !  Dieu, le Dieu créateur, le Dieu tout puissant est le Dieu de miséricorde !  Il a créé l'homme libre et responsable, et sa joie est de le voir choisir librement la main tendue de la grâce ! 

 

ACCEDER
A L'INDEX
Cette lecture est extraite du site : "Que dit l"Evangile ?" Des pages de la Loi, des Psaumes et des Prophètes. Des lectures de l'ensemble du Nouveau Testament.
ACCEDER
AU SITE

 
 

09:40 Publié dans Le Plan Divin | Eric

Les commentaires sont fermés.